forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil

Non Fides - Base de données anarchistes

Burn all flags !
In English In Italiano Im Deutschen En Español العربية По-русски Ελληνικά 日本語で。 Srpskohrvastski In het Nederlands
Em português Suomi Turkce Bahasa Indonesia Cestina Polski Català Esperanto

  • [Brochure] Architecture et anarchie, un couple mal assorti

    22 décembre

    À l’heure où certains réaffirment, comme les maoïstes en leur temps, vouloir « reprendre la ville », se la « réapproprier » ou l’« auto-gérer », il paraît nécessaire de reproduire des textes comme celui-ci. Nous rappelant, à travers la question de l’architecture, qu’il n’y a rien à se réapproprier dans ce monde, et renvoyant à leur véritable origine – le citoyennisme – toutes les illusions participatives des démocrates en tout genre. Après tout, que viens faire le re de « approprions-nous la ville », « reprenons la ville » ou « reclaim the street ». À quel moment les villes nous ont-elles appartenu ? Lorsque l’humanité fut chassée de ses terres pour habiter les villes construites comme des camps pour fixer et concentrer la main d’œuvre sous bonne garde ? Nous les avons construites, oui, en des temps immémoriaux ou récemment, mais nous ne les avons pas dessinées, nous ne les avons pas pensées, et elles n’ont pas été construites pour nous servir, mais pour servir les puissants et leur maintien de l’ordre, donc pour nous asservir.


  • Lettre de Carlos López “Chivo” sur le conflit au Mexique et une critique du milieu anarchiste

    22 décembre

    Ces temps-ci il y a une forte tension à des endroits du pays, le mécontentement que ressentent des individus et des groupes contre l’État-Capital s’étend, créant ainsi un contexte idéal pour continuer nos luttes pour la liberté totale. Nous vivons dans une soi-disant "démocratie", dans laquelle ses représentants redoublent d’efforts pour consolider une "paix sociale" inexistante, qui dans la pratique n’est rien de plus qu’un plus grand contrôle et pouvoir sur nos vies. Mais ce même contrôle est ce qui génère la haine et la rancœur qui tôt ou tard exploseront en révoltes.


  • Espagne : Quelques mots de Mónica Caballero du Centre Pénitentiaire de Brieva

    20 décembre

    Les tentacules du Pouvoir sont tombées sur des espaces anarchistes, des athénées libertaires, des squats et les domiciles de plusieurs acrates de Catalogne et de Madrid. La chasse a mené à la capture de onze compagnon-n-es, dont sept sont resté-e-s en prison, accusé-e-s d’appartenance à une bande armée à caractère terroriste. Ce n’est pas du tout un hasard si les personnes arrêtées font partie de mes proches, d’ailleurs plus de la moitié d’entre elles me rendent fréquemment visite en prison. Le maillet juridico-policier a puni la solidarité.


  • "Operación Pandora" (Espagne) : Pour les 11 ! Pour l’Anarchie !

    19 décembre

    Après ces quelques jours, entre la prison préventive de 7 compagnons, la liberté surveillée des 4 autres, du temps qu’il va nous falloir pour tout reconstruire suite aux dégâts des Mossos d’Esquadra à différents endroits de Barcelone, des heures à attendre des nouvelles, des moments où tu reçois un appel et tu espères qu’on te dise qu’ils n’ont pas été tabassés, des moments où on confirme nom après nom, lorsque la patience s’épuise pour faire place à la rage, lorsque la distance pèse comme le pire des cauchemars... on lève alors la tête !


  • Ferrara (Italie) : des nouvelles depuis la section AS2

    19 décembre

    De la section haute surveillance AS2 de Ferrara, nous apprenons que dès leur transfert, Graziano et Francesco (passés en régime haute surveillance suite à la reformulation de leur chef d’inculpation par le parquet turinois pour l’attaque du chantier du TAV à Chiomonte, auquel a été ajoutée la finalité terroriste) ont été placés à l’isolement et on leur a interdit de se voir entre eux et de voir les autres compagnons déjà enfermés dans cette section avec des condamnations définitives (Michele pour (...)


  • La boîte de Pandore et le fourre-tout de l’antiterrorisme espagnol

    18 décembre

    La matinée du mardi 16 décembre nous a surpris par une vague de perquisitions et d’arrestations. Elle nous a surpris ? Nous ne mentirons pas. Reprenons depuis le début. Le matin du 16 décembre ne NOUS A PAS surpris. La police autonome catalane, les Mossos d’Esquadra, la Guardia Civil et les agents judiciaires de l’Audienca Nacional sont partis à l’assaut de plus de 10 domiciles et de quelques locaux anarchistes à Barcelone, Sabadell, Manresa et Madrid, avec leur lot de perquisitions, d’arrestations, (...)


  • Grèce : A propos de Nikos Romanos et de bracelets electroniques

    18 décembre

    Nikos Romanos, anarchiste prisonnier en Grèce, a mené une grève de la faim du 10 novembre au 10 décembre 2014. Les appareils juridiques ont rejeté sa requête de sorties de prison à des fins d’étude. De nombreuses actions de solidarité ont été réalisées en réponse à cette décision, de formes différentes, à l’intérieur et à l’extérieur des prisons de la démocratie grecque et au niveau international.


  • "Operación Pandora"

    Espagne : Grosse vague de perquisitions et arrestations à Barcelone et Madrid

    17 décembre

    Ce mardi (16/12/2014), à 5h du matin, commençait la bien nommée opération antiterroriste appelée « Pandore », contre le dit « terrorisme anarchiste ». Des personnes ont été arrêtées, accusées d’appartenir à une organisation anarchiste à laquelle plusieurs attaques par engins explosifs sont attribuées. L’opération, sous la direction de la Cour Nationale de Madrid, a mobilisé 450 flics des Mossos d’Esquadra catalans, qui dès 5h30 ont perquisitionné 13 domiciles en Catalogne -8 à Barcelone, un à Sabadell et un à Manresa- mais aussi une personne à Madrid par la Guardia Civil.


  • Turin (Italie) : 3 ans et demi pour Chiara, Niccolò, Claudio et Mattia

    17 décembre

    Aujourd’hui, 17 décembre, le tribunal de Turin a condamné Chiara, Niccolò, Claudio et Mattia a 3 ans et demi de prison, pour l’attaque, revendiqué par les camarades, du chantier de Chiomonte, la nuit du 13 au 14 mai 2011. Les accusation retenues sont celles de dégradation par incendie, violence sur agent de police et port d’arme de guerre (des Molotovs). L’accusation la plus lourde, celle de terrorisme (art. 270 sexies du Code Pénal, réprimant, de façon assez large, toute conduite visant à "obliger les pouvoirs publics à effectuer ou s’abstenir d’effectuer un acte quelconque") est tombée. Une victoire, donc, pour les quatre, qui sont en prison depuis le 9 décembre 2013 et aussi pour Lucio, Francesco et Graziano, emprisonnés depuis le 11 juillet dernier avec les mêmes accusations.


  • Bruxelles : Faire du business avec l’horreur

    Bienvenue au Alcatraz à Molenbeek

    17 décembre

    Depuis quelques mois, pendant que certains se font du fric et s’amusent dans le décor morbide de la prison au bar d’Alcatraz, situé sur le canal à Molenbeek au Quai des Charbonnages n°36 , d’autres y crèvent et subissent l’enfermement et ses atrocités. Dans un cadre malsain fait d’une chaise électrique, de cellules, de barreaux, le bar propose des cocktails au nom de « suicide », « cachot », « peine de mort »…


  • Les archives du futur : debout les morts !

    17 décembre

    Notre passion est la mémoire, elle est fondamentale dans notre vie, elle en est partie intégrante. Que serions-nous sans repère, sans ancien qui nous communique savoir et expériences ? Nous sommes, parce que nous nous inscrivons dans un continuum, nous construisons le présent, esquissons le futur tout en étant héritier de ce passé qui nous enrichit.


  • Les faits ne parlent pas tous seuls

    16 décembre

    Non, ils ne parlent pas tous seuls du tout. Ils sont comme les données (données de fait, justement), en eux-mêmes ils sont inertes. Pour prendre de la force, ils doivent être mis en relation avec d’autres faits, ils doivent être rassemblés par une théorie. Parce que même si le fait nu et cru est celui qui se passe sous nos yeux, quand il est raconté le fait se transforme et prend les traits qui sont montrés (/imposés) par celui qui l’exprime.


  • Suède : A propos des émeutes de Rågsved

    16 décembre

    Le samedi 6 décembre, un groupe d’individus a attaqué l’ordre existant. A Rågsved et à Hagsätra, dans le sud de Stockholm, les chiens de l’État ont été attaqués avec des molotov, des pierres et des pétards. Suite à cet événement, le commissariat local a été pris pour cible et plusieurs véhicules ont brûlé. Dix de ces troubles-fête ont malheureusement été arrêtés la nuit même, et un juste après. Les flics recherchent activement les autres participant-e-s. Les flics font également de grands efforts pour comprendre pourquoi quelqu’un a pu planifier une telle action ; pour être planifiée, elle l’était, selon toutes les personnes qui se sont jusqu’à présent permises de commenter l’évènement.


  • Paris : Encore une garde à vue pour faire taire [Mis à jour]

    16 décembre

    [MAJ : Les compagnon/nes ont été déférés le lundi 15 décembre, ils sont au dépôt de la Cité. MAJ2 : Les compagnon/nes ont été libérés le mardi matin avec un rappel à la loi !]


  • Contre les Etats et les frontières, solidarité !

    15 décembre

    Brahim est incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis depuis avril 2014. C’est son quatrième séjour en taule depuis son arrivée en France. Des années d’enfermement, dont différents passages en prison pour étranger-e-s. Le 16 décembre 2012, il avait pris un an ferme pour avoir tenté de s’évader du centre de rétention de Palaiseau avec d’autres retenus. Quatre avaient réussi à se faire la belle mais lui était resté aux mains des flics qui avaient porté plainte pour violences. Une matonne s’était fait extorquer ses (...)


  • Antinationalisme : Les insurrections au Kurdistan au cours de la première guerre du Golfe

    14 décembre

    Par rapport à la première édition, en français, datant de décembre 1991, effectuée alors par nos soins, peu de choses sont modifiées ici. La principale modification concerne le titre de la brochure  : «  Le soulèvement kurde...  » qui faisait évidemment référence à l’actualité révolutionnaire en Irak, surgie au cours même de la première guerre du Golfe. Or, vingt ans se sont écoulés et le titre devait désormais en tenir compte. Pour le reste, quelques lourdeurs de traduction sont éliminées, ainsi que des fautes (...)


  • Padoue (Italie) : La révolte des smartphones

    13 décembre

    La naissance de l’énième vague de contestation remonte à il y a peu (fin octobre). Cette fois, celle qui a été touchée par la rage de la société civile a été la Hongrie, dirigée par le conservateur Orban, dont le gouvernement a été le protagoniste de politiques réactionnaires et xénophobe dans son propre pays. Ce qui a exaspéré des dizaines de milliers de personnes a été le choix des autorités d’augmenter les prix de la navigation sur internet.


  • Chili : Mise à jour sur la situation de la compagnonne Tamara Sol Farías Vergara

    11 décembre

    On nous a informé que la compagnonne Tamara Sol Farías Vergara a été "punie" en fin de semaine dernière, accusée de transgresser le règlement interne. Les sanctions seraient :
    interdiction d’avoir des visites
    interdiction de recevoir de la nourriture de l’extérieur
    Par cette dernière sanction, concernant l’interdiction de recevoir de la nourriture, cela porte directement atteinte à la santé et l’alimentation de Sol, puisque qu’elle suit un régime végétarien (faisant partie de sa perception d’une vie (...)


  • Mexique : Fernando Bárcenas condamné à 5 ans et 9 mois

    11 décembre

    À quelques jours de purger sa détention suite à une manifestation contre la hausse du prix du ticket de métro, dans laquelle un sapin de noël, appartenant à Coca-Cola, avait été brûlé, une sentence de 5 ans et 9 mois a été prononcée à l’encontre de Fernando Bárcenas pour atteinte à la paix publique, et pour laquelle il ne peut pas obtenir de liberté sous caution.


  • Hambourg (Allemagne) : La Rote Flora squattée par une barbouze

    11 décembre

    Pendant six ans, une fonctionnaire de police de Hambourg a noyauté la Rote Flora. Les militants de ce squat ont mis huit ans à démasquer leur fausse camarade. Une affaire pas si surprenante, qui démontre que la hantise de l’infiltration souvent à l’œuvre dans les groupes contestataires est peut-être légitime mais inopérante : quand la police y met les moyens, ses mouchards sont de toute façon indétectables. Du moins, jusqu’à un certain point…


  • Paris : Pour que la liberté ne se limite pas à un demi mètre carré

    Il y a ce qu’on voit, et ce qu’il y a derrière…

    11 décembre

    Difficile d’apprécier une œuvre artistique et la comprendre sans connaître son contexte. C’est un peu pareil pour l’exposition “Un demi-mètre carré de liberté”. Derrière la petite devanture et les intentions “charitables” et “progressistes” qui dégoulinent de la dorothy’s gallery, coule le goût âpre de l’enfermement.


  • Grèce : Nikos Romanos met fin à sa grève de la faim

    10 décembre

    Nikos Romanos a aujourd’hui, le 10 décembre, mis fin à sa grève de la faim après le vote au parlement d’un amendement (ce dernier autorise le suivi des cours avec bracelet électronique). Nikos avait aussi commencé aujourd’hui une grève de la soif, et les médecins lui donnaient un jour de plus à vivre au maximum.


  • Bref compte-rendu des émeutes du 6 décembre à Helsinki

    10 décembre

    La manif s’est dirigée vers les parties bourgeoises de la ville en détruisant les vitrines et en endommageant les voitures de luxe, tout en taguant des slogans. Des gens ont aussi arraché des drapeaux de la Finlande et brûlé deux d’entre eux. Après un long moment, la police a réussi à encercler la manif, mais après une tentative manquée de rentrer à l’intérieur, ce qui a par contre conduit a des arrestations, nous avons pu échapper au siège et nous rendre vers l’une des parties les plus riches de la ville. Un grand nombre de choses ont été attaquées, des panneaux de signalisation aux bijouteries.


  • Contre l’État, mais pour les « libérations nationales » ?

    9 décembre

    Peut-on être contre tout État et défendre des entités en lutte pour la création d’un nouvel État ? C’est la question que l’on peut se poser lorsque l’on parcourt ce n° 243 de Courant alternatif dans lequel on trouve côte à côte une défense des Palestiniens luttant pour la formation d’un État, un article pour l’indépendance des pays catalans, l’affirmation que pour la Libye « la fin de la dictature offrait la possibilité de construire une société libre et égalitaire (un nouvel État ?) » et un dernier sur le « (...)


  • Etats-Unis : Emeutes en Californie contre la police et son monde

    8 décembre

    Mercredi 3 décembre 2014, le policier ayant étouffé à mort Eric Garner à Staten Island (New-York) le 17 juillet 2014 a été relaxé par la justice américaine. Cela quelques jours après le non-lieu prononcé à l’encontre du flic meurtrier de Mike Brown à Ferguson. La rue continue à exprimer sa rage, et ce loin de l’image pacifiste et résignée que tentent de véhiculer les réformistes de gauche/d’extrême-gauche (avec les “die-in”, où il s’agit de s’étendre sur le sol en faisant le mort devant la police). D’autres ont choisi de rendre les coups, notamment en Californie (à Berkeley, Oakland..) et à Seattle.


  • Grèce : Texte des anarchistes en grève de la faim A-D. Bourzoukos et D. Politis

    8 décembre

    Aujourd’hui, une journée chargée qui réveille en nous des souvenirs de rage et de révolte, nous est arrivée une information vérifiée selon laquelle un procureur a donné l’ordre aux psychiatres qui suivent Nikos de lui administrer des psychotropes puissants afin de court-circuiter sa volonté et par la suite de l’alimenter de force. Nous pensons que nous n’avons pas besoin de dire beaucoup sur ce que signifie "administration de psychotropes puissants", il suffit de se souvenir de cas où des personnes en lutte ont été soumises à cette torture, tant à l’étranger qu’en Grèce, comme dans l’affaire de Savvas Xiros.


  • Chili, Viña del Mar : Trois compagnons en prison accusés de l’incendie d’une voiture

    8 décembre

    À l’aube du 2 décembre, des équipes de la police judiciaire chilienne formées par le personnel de la Brigade des Vols et une équipe spécialisée ont arrêté trois compagnons accusés de l’attaque incendiaire contre une camionnette Mitsubishi qui s’est déroulée le 23 juillet 2014, action qui a été revendiquée en même temps que l’incendie de diverses voitures à Santiago par la « nuée vandale de jeunes garnements ».


  • Grèce : Déclaration de prisonniers de la prison de Korydallos

    6 décembre

    Notre codétenu Nikos Romanos est en grève de la faim depuis le 10/11 pour gagner les permissions à des fins éducatives auxquelles il a droit. Ayant passé les examens nationaux d’entrée à l’université en prison, N. Romanos a été accepté dans une université d’Athènes. Mais le Comité Pénitentiaire et le juge d’instruction spécial Nikopoulos n’accordent pas ces permissions et ce de manière vengeresse. Tout comme l’Etat qui se comporte vindicativement avec l’ensemble des détenus des prisons grecques, tout particulièrement sur des sujets tels les permissions et les mises à l’épreuve.


  • Grèce : Lettre du compagnon Giannis Michailidis

    5 décembre

    J’écris ces lignes pour exprimer toute mon émotion causée par l’activité solidaire large et polymorphe des compagnons en-dehors des murs.


  • Grèce : Nouvelle lettre de Nikos Romanos

    5 décembre

    J’essaye de fixer sur un morceau de papier les derniers fragments de pensée structurée quant aux ultimes développements et le nouveau refus qu’a essuyé ma demande de permissions à des fins éducatives.


  • Grèce : Déclaration d’Andreas-Dimitris Bourzoukos et Dimitris Politis pour leur grève de la faim solidaire

    5 décembre

    Notre compagnon et ami Nikos Romanos est en grève de la faim depuis le 10/11 et exige des permissions à des fins éducatives, auxquelles, sur la base de leurs lois, il a droit. Néanmoins, sa lutte ne peut être en aucun cas séparée des traits politiques que Nikos a lui-même fixé et se concevoir comme quelque chose d’en-dessous du besoin que nous avons nous aussi : la destruction totale du système d’oppression et de misère qui depuis maintenant des siècles oppriment nos vies.


  • Lettre ouverte à Paris Luttes Infos à propos de Nikos Romanos

    4 décembre

    Addendum du 05/12/2014 : Si la photo a été modifiée pour une vaguement moins pire (volée par les journaflics plutôt que par les flics...), et que les sources ont été précisées, nous laissons ce texte en l’état, pour mémoire.


  • Renversons les poubelles !

    Tract diffusé par un groupe inconnu à Paris lors de la grève des éboueurs d’avril 1970

    4 décembre

    L’argent n’a peut-être pas d’odeur, mais le système capitaliste est en train d’en trouver une, celle qu’il mérite, celle de sa merde ! La ville commence à s’emplir de poubelles, résidus d’une société qui consomme autant qu’elle jette, société marchande contemplant aujourd’hui le spectacle de ses emballages encore à demi pleins, société pauvre qui crache des résidus de luxe pour conserver ses faibles forces productives.


  • Yuan’é Hu

    [Ajout affiche]

    2 décembre

    Nous sommes le jeudi 2 août 2012, comme presque chaque jour depuis son arrivée difficile sur le territoire français huit mois plus tôt, Yuan’é Hu est là, sur le pavé bellevillois. Comme plusieurs centaines d’autres chinoises d’une quarantaine d’années, elle a quitté sa vie, sa fille, sa famille et ses amis pour la grande traversée. L’Europe et ses promesses, la promesse d’un salaire « décent », de conditions de travail moins dures, d’une « liberté » mise en scène sur les rares médias occidentaux qui n’ont pas été filtrés par les autorités du Parti Communiste Chinois. Mais comme tant d’autres, Yuan’é Hu, à qui un passeur promettait un travail comme les autres et un salaire qui lui permettrait de renvoyer un peu d’argent au pays, et peut-être un jour des papiers, s’est bien faite avoir. C’est ainsi qu’elle finit sur le trottoir à vendre son corps dans des conditions de misère, à partager une chambre avec huit autres femmes à qui, comme elle, on a refusé toute dignité.


  • Espagne : Lettre de Francisco Solar depuis la prison de Villabona

    2 décembre

    Cela fait un an que la police a débarqué dans notre appartement au cri de :”vous avez quelque chose de chaud ?!”. Ça m’avait surpris et en même temps ça m’avait fait rire. Ensuite on s’est rendu compte qu’ils voulaient savoir si on avait placé des engins explosifs comme piège, ce qui nous a fait encore plus rire.



  • Chili : Mise à jour sur la situation de la compagnonne Tamara Sol Farías Vergara

    1er décembre

    Nous appelons donc à continuer à se solidariser activement, jusqu’à obtenir la liberté de Tamara Sol et de tous/toutes nos compagnon-ne-s prisonnier-e-s de l’État et de ses prisons.

  • L’obscurantisme triomphant des neurosciences

    1er décembre

    Malgré quelques illusions sur la possibilité de neutraliser, ou pour le moins de limiter, les délires scientistes au sein même de l’institution universitaire et des centres de recherche, ce texte, édité par le bulletin d’information alternative de l’université de Genève, recèle des éléments de critique importants pour combattre la sociobiologie et ses multiples avatars, épaulés par les actuelles neurosciences. En vogue aujourd’hui encore plus qu’hier, la sociobiologie tente toujours de justifier la domination sociale en la présentant comme naturelle, en partie du moins. Bien sûr, elle ne peut plus prétendre, comme autrefois, que la vie des individualités humaines est subordonnée en totalité au déterminisme de fer dicté par de prétendus instincts naturels incompressibles, instinct maternel compris. Par contre, même si elle est amenée à limiter leur portée – l’histoire et le social ne peuvent plus être vulgairement occultés –, elle continue à postuler leur existence, en affirmant même qu’ils sont prétendument commandés par des gènes et des hormones adéquates. Ce qui constitue l’actuelle ligne de défense du scientisme relooké.

  • A Saint-Denis aussi, ça bouge et ça flique

    30 novembre

    En réaction aux violences policières, le lundi 10 novembre, des élèves de plusieurs lycées de Saint-Denis décident de bloquer l’entrée de leurs bahuts. Après avoir mis le feu à des conteneurs et poubelles devant les portes de leurs lycées ils partent en manif sauvage dans le centre ville. Il y aura quelques attaques sur des vitrines de magasin sur le trajet, une incursion dans le Go Sport et une attaque contre un bus des expulseurs de la RATP. La station de métro Basilique sera fermée pendant plus d’une heure, et le tramway sera aussi stoppé. Pour gérer cette belle horde d’ados enragés, plus de 200 flics seront déployés, aidés d’un hélicoptère.

  • Grèce : Nouveau procès antiterroriste à la prison de Korydallos

    28 novembre

    Un nouveau procès commence le vendredi 28 novembre au tribunal special de la prison pour femmes de Korydallos pour les compagnons anarchistes Dimitris Politis, Andreas-Dimitris Bourzoukos, Giannis Michailidis, Nikos Romanos, Foivos Charisis, Argyris Ntalios, Kostas Sakkas et G. Tsakalos, membre de la CCF.

  • Blanqui à Venaus

    28 novembre

    Anarchistes, soyez polyglottes ! Arrêtez de miauler tous seuls à trois pelés et un tondu, aboyez et grognez en compagnie des chiens et des porcs ! Le lundi parlez l’humanitaire, le mardi le démocratique, le mercredi le journaliste, le jeudi le syndicaliste, le vendredi le juridique, le samedi le communiste, le dimanche – amen – le liturgique. Et à l’occasion, parlez le rebelle si vous voulez. Quant à la langue anarchiste, mieux vaut l’oublier entièrement.

  • Etats-Unis : De Ferguson à Oakland, « nous allons brûler toute cette merde » (24-25 novembre 2014)

    28 novembre

    Lundi 24 novembre, la justice américaine a rendu publiquement sa décision de non-lieu pour le flic Darren Wilson, qui a tué le jeune Mike Brown le 9 août 2014. Un scénario d’impunité connu et attendu, maintes fois vécu à travers le monde, d’Athènes à Ferguson, en passant par Paris. Mais nous n’avons rien à attendre de l’Etat, vu que ses mêmes agents armés et assermentés éliminent, enferment quotidiennement des centaines d’indésirables parce que noir-es, pauvres et/ou insoumis. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que cette mise en scène de l’Etat américain (soutenu par les réactionnaires et les médias) avait pour but de faire rentrer les citoyens au bercail, avec comme objectif de rétablir la paix sociale alors même que les feux de la révolte illuminaient les rues de Saint-Louis et du Missouri. Cette délibération du grand jury, reportée de jour en jour, a permis à l’Etat de pouvoir se préparer à l’explosion de rage collective – notamment en décrétant l’état d’urgence et en préparant ses troupes (tous les corps policiers, ainsi que la Garde Nationale (l’armée)). De nombreux commerces s’étaient aussi barricadés en prévision du verdict… En vain.

  • Prison pour mineurs d’Avlona (Grèce) : Solidarité avec la juste lutte de Nikos Romanos

    28 novembre

    [NdNF : La prison d’Avlona est un centre de détention pour mineurs où Nikos Romanos a été enfermé jusqu’à son transfert à la prison de Korydallos. En ce qui concerne le texte de solidarité qu’ont écrit ses anciens co-détenus, il est important de préciser que plusieurs taulards mineurs de cette prison avaient été acceptés à l’université après les examens, déclenchant tout un battage médiatique autour de l’éducation en prison, l’importance de celle-ci, etc. Le ministre de l’éducation à promis le versement de 500 euros à chacun d’entre-eux, à la fois pour récompenser la réussite de ses élèves-détenus et pour leurs frais scolaires, argent que Nikos Romanos avait refusé pour des raisons éthiques.]

  • Grèce : Des journées libératrices d’attaque

    25 novembre

    Le texte qui suit se veut la continuation d’un dialogue sur les instruments de l’insurrection anarchiste et les façons de nous organiser ; un dialogue qui a été initié lors d’une rencontre anarchiste internationale quelque part dans la campagne française et qui continue maintenant depuis une cellule de prison en Grèce.

  • Notes rapides sur l’« Enquête Sociale Rapide »

    25 novembre

    Il est donc possible de refuser de répondre à l’enquête sociale. Cela n’entraîne pas de poursuites et s’il n’enchante pas toujours les juges, ce refus semble pour moi relever d’un "certain bon sens". C’est le choix de chacun-e et il ne doit pas occulter les autres questions que l’on aimerait éventuellement se poser ou se reposer face à la justice (aller à son procès ou non, prendre un avocat ou pas, assumer des faits, se servir du tribunal comme tribune pour ses idées, accepter ou refuser des aménagements de peine, etc...)

  • Espagne : Quelques mots de Mónica Caballero depuis la prison de Brieva

    24 novembre

    Les dates qui viennent s’approchent chargées de sentiments intenses. D’un côté, ce sera l’anniversaire de l’irréparable perte de Sebastián en décembre, et maintenant, en novembre, un an a passé depuis mon arrestation. Je me souviens du moment où ils m’ont appris le décès de Sebastián, ça a été comme une douche froide (une mauvaise compagne lors des froides nuits madrilènes). La perte de n’importe quel compagnon-ne est toujours un événement horrible, et je peux aujourd’hui revoir ce fait et me sentir fière d’avoir eu un compagnon aussi digne.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 3500


Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | D'autres sites