forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil

Non Fides - Base de données anarchistes

Burn all flags !
In English In Italiano Im Deutschen En Español العربية По-русски Ελληνικά 日本語で。 Srpskohrvastski In het Nederlands
Em português Suomi Turkce Bahasa Indonesia Cestina Polski Català Esperanto

  • Au sujet de la Catalogne

    16 octobre

    On observe depuis désormais plusieurs années que, des bases historiques de la critique révolutionnaire, plus grand chose n’est acquis. Mais qu’on en soit, en 2017, à débattre du bien fondé de l’indépendance de la Catalogne, région la plus riche d’Espagne, ou de l’auto-détermination du peuple catalan, est assez inquiétant. Nous sommes encore nombreux à être tentés de croire que les nationalismes, après les quelques ravages qu’ils ont causés au vingtième siècle, sont loin derrière nous. Mais la réalité vient trop souvent nous rappeler qu’il n’en est rien, et que, dans ses versions de gauche ou progressiste, le fléau nationaliste a encore de beaux jours devant lui. Il n’a bel et bien jamais cessé d’être une force active de premier ordre, et d’exercer un attrait sur les populations et sur bon nombre d’individus, y compris sur ceux souhaitant vivre tout autrement.


  • Hors-jeu ?

    16 octobre

    C’est une parfaite histoire d’amour qui se déroule sous nos yeux, qui va vite et tout de suite très fort. Quelques semaines se sont à peine écoulées depuis le coup de foudre dont s’était fait écho l’appel à l’union des bons français et des anarchistes lancé sur l’Organe de Presse du Cortège de Tête (ou bien est-ce la Tête du cortège d’Organes ?) et pourtant nous avons déjà dépassé les premiers rendez-vous, laissé derrière nous les premières baises et les premières disputes. Sous nos yeux qui n’en reviennent pas, on en est déjà de l’autre côté des Pyrénées à planifier la procréation d’une merveilleuse série d’enfant auquel ne manquera comme il se doit ni son papa Insurgé ni sa maman Policière. La première née (« République de Catalogne ») risque fort d’être morte-née, mais qu’on se rassure : si ce n’est pas pour cette fois ce sera pour la suivante, et en attendant les aspirants enfanteurs auront tout le loisir de se repaître du cadavre.


  • Il n’y aurait que des capitalistes qui vivraient de l’exploitation ?

    Par Jan Waclav Makhaïski (novembre 1905)

    15 octobre

    Les socialistes russes ont montré mieux que quiconque ce qu’était le socialisme. Les socialistes ont le devoir d’accomplir la révolution bourgeoise là où elle n’a pas encore eu lieu, ont proclamé les sociaux-démocrates, et tous les socialistes russes assument ce devoir avec ferveur. Aucun socialiste n’y voit matière à trahison. Ils ont justement le devoir d’agir de la manière suivante : promettre aux ouvriers la révolution prolétarienne dans un avenir lointain, et, pour le moment, accomplir la révolution (…)


  • Bruxelles : 1917, la révolution russe étranglée par les bolchéviks

    15 octobre

    « Le soir du 25 septembre 1919, à l’assemblée du co­mité du parti bolchévik de Moscou, était examinée la question des moyens de lutte contre le peuple révolté. Les maîtres bolchéviks s’étaient prononcés à l’unanimi­té en faveur de l’adoption des mesures les plus extrêmes contre les ouvriers, les paysans et les soldats rouges in­surgés, les anarchistes et les socialistes-révolutionnaires de gauche, jusqu’à vouloir instaurer un état d’urgence à Moscou, avec fusillades de masse. Les plans des bol­chéviks ont été (…)


  • Paris : Manif sauvage aprés le verdict de la voiture de flic brûlée

    13 octobre

    Le 11 octobre, le juge Alain Alçufrom a distribué des années de prison aux personnes accusées d’avoir attaqué et incendié une voiture de flic, quai de Valmy en mai 2016. Mais la volonté d’abattre, de faire peur et d’isoler n’a pas fonctionné, le rendu ne s’est pas déroulé dans le calme, et dans la rue, une rage s’est exprimée.


  • Kokopelli voudrait-elle faire taire la critique ?

    13 octobre

    À propos du procès en diffamation intenté par l’association Kokopelli contre le site internet le Jardin des possibles le 13 octobre 2017 au TGI de Paris.


  • Op. Scripta Manent (Italie) : Appel à la solidarité internationale le 16 novembre pour le procès

    13 octobre

    Le 16 Novembre à 10 heures, aura lieu devant la cour de haute sécurité de Turin la première audience du procès Scripta Manent, qui sera de longue durée, 22 anarchistes étant accusés, sept d’entre étant toujours en prison.


  • Ce monde dont nous ne sommes pas

    Notes de Mezioud Ouldamer pour un colloque (« Critique de la religion et athéisme en terre d’Islam », 2016)

    13 octobre

    Nous rendions, il y a peu, un hommage au récemment disparu Mezioud Ouldamer (1951-2017). Nous sommes aujourd’hui en mesure de le compléter en publiant le dernier texte qu’il ait écrit. À l’occasion d’un colloque – « Critique de la religion et athéisme en terre d’Islam » –, qui s’est tenu à la Bourse du travail de Paris en juin 2016, Mezioud avait été sollicité par les organisateurs. Faute de pouvoir se déplacer, il leur envoya cette contribution tout à fait révélatrice de cette démarche critique panachée (…)


  • Paris : Soirée de soutien à Tameio (Athènes) et discussion autour des luttes à l’intérieur des prisons en Grèce

    Jeudi 12 octobre 2017 à 19h

    12 octobre

    En présence de compagnons de la Caisse de Solidarité avec les Compagnons Emprisonnés et Poursuivis (« Tameio ») d’Athènes, nous aurons l’occasion de discuter des modalités de défense collective face à la répression, de revenir sur les procédures en cours contre des révolutionnaires, et notamment celles construites autour de la nouvelle loi anti-terroriste du gouvernement Syriza, ainsi que d’en apprendre davantage sur les luttes en cours à l’intérieur des prisons grecques, qui, vues d’ici, sont massives.


  • Rendu du procès de la Keufmobile en feu

    11 octobre

    Le verdict est très lourd dans le procès de la voiture de police brûlée quai de Valmy. Le président a suivi ou alourdi les peines demandées par le procureur dans l’ensemble, en s’autorisant des comparaisons limites : "Vous avez agressé des policiers uniquement parce qu’ils étaient policiers. Un peu comme d’autres s’en prennent à des noirs parce qu’ils sont noirs" a lancé le président à Antonin. Les condamnés sont sommés de payer au syndicat de police Alliance, partisan du tout sécuritaire, 5000 euros de (…)


  • Lettre à John Cage

    Par Esther Ferrer (1991)

    10 octobre

    Pour moi, l’anarchisme aura toujours un avenir, et un présent, pour la raison fondamentale que je l’associe à la créativité. Je ne veux pas dire art, s’il vous plaît, ce qui est autre chose, de bien plus limité. Je parle de créativité en ce sens qu’elle vient de la réjouissance, du plaisir et qu’elle sert en premier lieu la personne qui l’exerce, sans tenir compte des conséquences et sans se sentir obligée à l’égard de qui que ce soit d’autre. Il n’y a de « maître » que soi-même.


  • Ambiance autour du procès de la voiture de flic et appel à continuer !

    10 octobre

    Durant les quelques jours où s’est tenu le procès de l’affaire de la keufmobile brûlée, nous sommes nombreu-ses à avoir tenu à exprimer notre refus de regarder tranquillement la justice juger des gens pour ce feu de joie. Au tribunal, car cela permet de ne pas laisser seul-e-s les prévenu-e-s et leurs "proches", parce que ça pèse dans le rapport de force qui se joue face aux juges, et parce que ça montre qu’il est possible de briser le silence de mort qui entoure ces salles. À l’extérieur, car celle.ux (…)


  • Catalogne : Anarchisme et nationalisme, ou le triangle des Bermudes

    Par Tomás Ibáñez (2015)

    10 octobre

    L’actuelle situation politique catalane nous incite à explorer un simili du fameux triangle des Bermudes, qui aurait ici pour sommets le séparatisme, le nationalisme et le droit de décider. Il s’agit d’un mystérieux triangle où naufragent, l’une après l’autre, les nefs libertaires qui s’aventurent dans ses eaux, naïvement attirées par le doux chant des sirènes. Le but de cet article n’est autre que d’essayer de repérer quelques-uns des écueils qui guettent ces navires et de cerner certaines indications fallacieuses qui convertissent les cartes de navigation en pièges fatidiques.


  • Épisodes des journées de Juin 1848 – Le caveau des Tuileries

    Par François Pardigon (1852)

    8 octobre

    Claude François Pardigon, né le 14 novembre 1826 à Salons, étudiant en droit à Paris, participe à la révolution de (février) 1848 et surtout aux journée de juin, arrêté rue Saint-Jacques, emprisonné aux Tuileries, blessé place du Carrousel au cours d’un transfert, libéré en août, condamné à la déportation après la journée du 13 juin 1849. Les deux parties de ce récit ont été publiés dans le journal Le Peuple de Julles Valles en 1869, extrait du livre de Pardigon, Épisodes des journées de juin 1848, paru à Londres (…)


  • Catalogne : Perplexité intempestive et Quelques certitudes

    Lettres de Tomás Ibáñez et Miquel Amorós

    6 octobre

    Lutter contre la répression est une chose, apporter de l’oxygène aux stratégies du gouvernement catalan et se laisser utiliser pour servir ses intentions, en grossissant les rangs de ceux qui lui servent de bouclier populaire contre le gouvernement espagnol, en est une autre.


  • Berlin : La Rigaer Strasse à la lueur des hélicoptères – Un compagnon en prison

    5 octobre

    Le camarade, âgé de 22 ans, aurait a plusieurs reprises aveuglé l’équipage de l‘hélicoptère et a été arrêté peu après dans les parages. Les agents de police qui l’ont fouillé ont trouvé, en plus d’un laser, un lance-pierre avec plusieurs billes d’acier, de la pyrotechnique, un couteau de poche, des gants et une cagoule. Il a fait l’objet d‘un contrôle d‘identité puis relâché. Quelques semaines plus tard, voilà qu’il reçoit une visite surprise sur son lieu de travail et est arrêté ; maintenant, il est depuis mi-juillet 2017 derrière les barreaux de la prison Moabit à Berlin. Il est accusé d’avoir aveuglé l’hélico avec un laser et d’avoir pris part aux altercations sur la Rigaer Strasse le même soir.


  • Paris : Rendez-vous du 11 octobre pour le rendu du procès de l’affaire de la voiture de flic brulée et quelques affiches

    2 octobre

    Du 19 au 27 septembre 2017 a eu lieu le procès de l’attaque d’une voiture de flic quai de Valmy le 18 mai 2016. Retrouvons-nous le mercredi 11 octobre ! Pour accueillir le rendu comme il se doit ! Pour ne pas laisser la justice faire son boulot en silence ! Pour que les luttes ne s’éteignent pas !


  • Hambourg : La répression n’est pas finie

    2 octobre

    Ce mercredi 27 septembre, plus de 100 flics ont perquisitionné 14 appartements et un magasin à Hambourg et dans le land de Schleswig-Holstein. Les flics ont embarqué 7 I-phones durant la perquisition. Ils prétendent que ces portables ont été volés lors d’un pillage d’un magasin de téléphonie mobile le 7 juillet lors des émeutes anti-G20.


  • La métaphysique du Progrès

    Par Dwight Macdonald (1906-1982)

    2 octobre

    Ceux qui construisent leur philosophie politique sur l’idée de progrès ont tendance à justifier les moyens par la fin, le présent par l’avenir, l’ici par le lointain. Le progressiste peut accepter une guerre en tant que moyen en vue d’une fin, la paix ; il peut, comme en URSS, s’accommoder d’un présent pénible en fixant du regard un avenir idéal ; il peut justifier que l’individu soit privé de liberté dans l’immédiat si cela permet à long terme une organisation cohérente de la société. S’il est capable de (…)


  • Mezioud Ouldamer - Offense à Président (extrait n°2)

    29 septembre

    Un tel optimisme aurait pourtant dû disparaître au contact de la brutalité policière. Lorsque Rabah avait fait son entrée à l’Annexe, il avait le thorax, l’épaule et un bras dans le plâtre. Il sortait tout juste de l’hôpital Maillot (quartier de Bab-el-Oued à Alger). Le plâtre était la seule trace visible laissée par douze jours de « séjour » à Bouzaréa, un des plus fameux centres de torture de la Sécurité militaire. Tout le monde, en prison, a pu connaître l’histoire de cet homme. Les échos en sont parvenus jusqu’en France où je devais retrouver trace de la campagne d’information faite autour de l’arrestation de jeunes officiers de l’A.N.P.


  • L’Espagne révolutionnaire est morte

    Les Thénardier à l’œuvre… (mai 1938)

    28 septembre

    La guerre d’Espagne donne l’occasion aux fabricants d’opinions d’emprisonner le prolétariat dans une série de formules dépassées et dangereuses. Spéculant sur ses instincts de justice sociale et ses souvenirs de juillet 36, les techniciens de la propagande le saoulent de discours humanitaires et le poussent droit au suicide.


  • Anarchistes de gouvernement

    Par Louis Mercier-Vega (1938)

    25 septembre

    Souvent la formule : « Il n’y a pas de mouvement anarchiste, il y a un milieu. anarchiste », a été employée. Si elle n’est pas rigoureusement exacte, elle souligne cependant bien tout ce qu’il y a de flou et d’inconsistant dans l’anarchisme. Le manque d’organisations solides, l’absence de programme et de statuts écrits, l’élasticité de la doctrine, son imprécision, les généralités et les contradictions qu’elle contient, constituent autant d’obstacles d’un ordre spécial qui rendent les appréciations d’ensemble et les opinions nettes difficiles à formuler.


  • Lettre ouverte à la camarade Federica Montseny

    Par Camillo Berneri (1937)

    25 septembre

    Le dilemme : guerre ou révolution n’a plus de sens. Le seul dilemme est celui-ci : ou la victoire sur Franco grâce à la guerre révolutionnaire ou la défaite.


  • Argentine : Considérations et réflexions un mois après la disparition de Santiago Maldonado

    Nous pouvons encore être pires

    24 septembre

    Le 1er août 2017, sur la Route Nationale N°40, des participant-e-s du Pu Lof en résistance de Cushamen et quelques personnes solidaires montent une barricade et coupent la circulation en solidarité avec le Lonko Facundo Jones Huala qui affronte un procès (pour la deuxième fois). Quelques minutes plus tard arrivent des fourgons et des camionnettes avec une trentaine de gendarmes armés de fusils. Les peñis commencent à lancer des pierres en réponse à l’arrivée des ordures des forces de l’ordre. Les (…)


  • Paris : le proc demande des années de taule dans l’affaire de la voiture de flics cramée

    Quatrième jour de procès

    23 septembre

    Le délibéré, initialement prévu le 29 septembre à 11h, sera rendu à une date ultérieure (fixée mercredi prochain 27/09, jour où les avocats finiront de plaider de 9h30 à 13 h lors d’une ultime audience). Par ailleurs, en toute fin vers 21h30, le tribunal a eu à se prononcer sur la remise en liberté de Kara et Krem, toujours incarcérés. Elle a été refusée sous les cris d’une partie du public : "Liberté", "freedom", "courage".


  • Bal tragique à Grenoble et Nantes : Indymedia a reçu un mail

    Et la foule de se demander : « Y avait-il un accusé de réception ? »

    22 septembre

    N’était déjà plus en reste quiconque suivait la ligne éditoriale des chapitres nantais et grenoblois du fier media indépendant Indymedia (réduit à l’état de blog personnel appartenant à quelques militants post-modernes faute de concertation), qui, comme ils le rappellent eux-mêmes, avait peut être son sens et son utilité pour des franges altermondialistes de la contestation lors du sommet contre l’OMC de Seattle en 1999, et pourtant… Ce qui suit se passe de mots.


  • Paris : Compte-rendu du troisième jour de procès de la keufmobile brûlée

    22 septembre

    Compte-rendu express de la journée du jeudi 21 septembre. Suite vendredi à partir de 10h, 16e chambre TGI de Paris.


  • Le Peloton de chasse

    Par Georges Darien (1890)

    22 septembre

    Le lendemain matin, quand j’ai pris la faction, à six heures, les prisonniers s’alignaient, un énorme sac au dos, pour le peloton. Ils sont huit.
    – Garde à vous ! crie Bec-de-Puce en sortant de sa tente, le revolver au côté.
    Et il passe devant le rang, inspectant la tenue, soulevant les sacs, pour s’assurer qu’ils ont bien le poids réglementaire – un poids incroyable.
    – Pourquoi n’avez-vous pas astiqué les boutons de votre capote, vous ?
    – Parce que j’ai peur de les user.
    – Comment vous appelez-vous, (…)


  • Paris : Compte rendu du deuxième jour de procès de la keufmobile brûlée, mercredi 20 septembre [mis à jour]

    21 septembre

    Jeudi et vendredi les audiences débuteront à 10h à la 16e chambre. La pression est mise dès l’entrée du tribunal où les gendarmes commencent à fouiller les sacs en plus de les passer dans les rayons X, à la recherche de stickers, de tracts et de parapluies qu’ils ont ordre de confisquer. Ces mesures bloquent l’avancement de la file et de nombreuses personnes venues en soutien se retrouvent coincées à l’extérieur, ainsi que quatre des prévenu-e-s qui n’ont pas de convocation et n’accèdent finalement à la salle qu’à 13h50.


  • Paris : Compte-rendu du premier jour du procès de la keufmobile brûlée

    Mardi 19 sept 2017 au TGI de Paris : Ajournement au lendemain et déménagement de salle

    20 septembre

    Les gens sont venus nombreux devant la 14e chambre au TGI, avant même l’heure prévue pour l’audience. Les journalistes aussi. Ils tirent d’abord le portrait à ceux qui s’y prêtent, puis ils mitraillent et filment sans retenue quand les personnes convoquées sont appelées à entrer les premières dans la salle d’audience. Leurs micros planent au-dessus des gens qui attendent. Une partie de la foule proteste et ne se laisse pas faire : des parapluies sont ouverts et brandis pour les empêcher de prendre des photos, les têtes connues ou reconnaissables se font chahuter, des autocollants seront collés aux objectifs des caméras. Lors de la sortie des prévenus par une porte latérale, un mouvement de foule bienvenu permettra d’ailleurs de jarter les journalistes qui se pressaient pour dérober des images.


  • Le jour où les pédés firent la chasse à leurs prédateurs

    Chronique du Fhar, printemps 1971

    18 septembre

    Comme la plupart des jardins publics, les Buttes-Chaumont sont un lieu propice aux rencontres entre des hommes qui préfèrent leurs semblables, la clandestinité étant le plus souvent leur lot. Ces jardin sont aussi le terrain de chasse de jeunes brutes qui viennent « casser du pédé ». Au printemps 1971, les participants à ce réseau informel qu’était encore le FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire) décidèrent que cet état de choses avait assez duré et qu’il fallait passer à l’offensive.


  • La non-mixité en question : Être en lutte ou être lutte ?

    Discussion publique le dimanche 17 septembre 2017 à 18h à Paris

    16 septembre

    La non-mixité est une proposition politique née dans certains courants du féminisme. Il s’agit, dans un paradoxe qui pose déjà question en lui-même, de s’organiser entre soi sur la base d’une catégorisation à laquelle on est censé s’opposer. S’organiser « entre femmes » serait par exemple la solution pour s’opposer aux formes de domination liées à la séparation des genres, alors qu’on contribue ainsi à l’instituer. La généralisation de lectures identitaires étend de nos jours son acception à (…)


  • La science est-elle universelle ?

    Par Jean-Marc Lévy-Leblond (2006)

    16 septembre

    Observer, nommer, décrire, théoriser : autant d’activités qu’on retrouve dans l’histoire de toute civilisation. Pour autant, chacune ayant tracé son propre chemin vers la connaissance, et les interactions étant plus rares qu’on ne le croit, qui saurait dire si « la » science est universelle ?


  • Le "Centquatre" : Plus sexy que les flics, les artistes !

    Une affiche de novembre 2008 contre le Centquatre

    14 septembre

    Voici une affiche vraisemblablement collée sur les murs du XIXe arrondissement de Paris en novembre 2008, un mois après l’inauguration du 104, établissement public de coopération culturelle parisien sur le site de l’ancien Service municipal des pompes funèbres, au 104 rue d’Aubervilliers, dans le XIXe arrondissement de Paris. Un coup de speed en grande pompe pour la gentrification locale. On vient désormais de loin pour côtoyer le gotha, maintenant que le nettoyage humain est effectué, que le jardin d’Éole est toujours aussi nouveau et dégueulasse. Comme on le voit, déjà en 2008, l’ambiance pouvait occasionnellement se tendre et le rêve pourri de la mixité sociale voler en éclat sous les coups de la convoitise.


  • On mariait là dedans…

    Par Guy de Maupassant (1888)

    11 septembre

    Un grand rassemblement se tenait devant l’église. On mariait là dedans. Un prêtre autorisait en latin, avec une gravité pontificale, l’acte animal, solennel et comique qui agite si fort les hommes, les fait tant rire, tant souffrir, tant pleurer. Les familles, selon l’usage, avaient invité tous leurs parents et tous leurs amis à ce service funèbre de l’innocence d’une jeune fille, à ce spectacle inconvenant et pieux des conseils ecclésiastiques précédant ceux de la mère et de la bénédiction publique, donnée à ce qu’on voile d’ordinaire avec tant de pudeur et de souci.



  • A propos des mutineries des années 1971-1972 dans les prisons de Toul et Nancy

    9 septembre

    NdNF : Il serait contraire à nos habitudes de promouvoir la mise en disponibilité de ce film sans en dire quelques mots de plus que le descriptif sans intérêt qui nous a été envoyé ; et pour cause, une partie provient du texte promotionnel du site de la boite de production du réalisateur… Il nous faut affirmer plusieurs choses : qu’il ne s’agit pas d’un film anti-carceral, qu’il ne porte aucun point de vue anti-carceral, qu’il faut le regarder en connaissance de cause, et le diffuser avec prudence (et (…)

  • Nouveaux livres des éditions anarchistes L’assoiffé

    7 septembre

    « Tous les moyens sont bons ! Mais les plus occultes sont les meilleurs. Du feu ! Du sang ! Du poison ! Pacte avec la mort ! » Voilà ce que proposaient des anarchistes marseillais dans les colonnes de leur journal en 1884. C’est ainsi qu’il nous plaît d’imaginer, aujourd’hui, l’idée intrinsèque à ces éditions. Pas une perspective populaire qui attend mais une conflictualité permanente et nécessaire. Continuer à souffler sur les braises, attiser la haine de ce monde mercantile et mortifère et du (…)

  • Hautes-Alpes : Ni frontieres, ni flics, ni centres de rétention, ni prisons !

    7 septembre

    Note de Sous la plage les pavés : ce texte nous paraît intéressant car il lie la question actuelle des migrants à une critique plus large des frontières. Dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes), la solidarité réelle avec les migrants reste trop souvent sur le terrain de l’humanitaire et du citoyennisme, avec une dimension médiatique, et des appels font régulièrement appel aux institutions pour qu’elles accomplissent « leur rôle ». Mais le rôle de l’État, c’est celui de contrôler les individus et (…)

  • J’ai froid à l’âme…

    5 septembre

    Maintenant que je suis seul, rêvant tout éveillé à côté de mes camarades endormis, je me demande si une grande partie du désespoir qui s’est emparé de moi, depuis ma sortie de prison, n’est point faite de la privation de ces plaisirs physiques que réclamait tout à l’heure, à grands cris, devant l’étalage de formes en papier et en fil de fer, la surexcitation des spectateurs. Je me demande si l’énorme ennui qui m’accable est bien produit par l’absence de distractions intellectuelles, s’il n’est pas plutôt l’effet du manque de sensations naturelles—dont les flagellations des chaouchs m’ont empêché de souffrir jusqu’ici.

  • De l’huile sur le feu !

    2 septembre

    Du 19 au 22 septembre 2017, 9 personnes passeront en procès, accusées de l’attaque d’une voiture de flics quai de Valmy à Paris le 18 mai 2016. Deux attendent toujours en taule, dont l’une depuis maintenant plus d’un an, tandis que six autres sont sous contrôle judiciaire et que la dernière est encore recherchée.Ce jour-là, en plein mouvement contre la « loi travail », des policiers se rassemblent place de la République pour geindre contre la « haine anti­-flics ». Une vrai provocation après deux mois de (…)

  • Le petit mendiant

    2 septembre

    Veux-tu bien t’en aller, petit misérable, criait dans le jardin la Renaude, qui s’était armée d’un balai, attends, attends ! Je vais t’apprendre à rôder autour des maisons. Et elle menaçait de son terrible balai un petit mendiant qui, appuyé contre les planches du clos, la regardait, en lui faisant la grimace.

  • Hambourg : De l’habituelle répression post-contre-sommet…

    2 septembre

    Depuis ce lundi 28 août, presque deux mois après la fin du G20 débutent les procès contre les personnes inculpées, toutes maintenues en détention provisoire à Hambourg. Deux procès ont déjà eu lieu et d’autres comparutions devant le tribunal sont à prévoir dans les jours à venir.

  • Portrait de Général

    30 août

    Je suis sorti de prison hier soir, avec cinq ou six autres. Le capitaine a gracié les hommes auxquels il ne restait pas plus de quinze jours à faire. Cette clémence inusitée a une cause. Le général commandant la division doit venir, aujourd’hui, inspecter la 5e Compagnie de Discipline.

  • La Révolte au camp

    28 août

    —Par ici ! caporal ! Par ici ! Ne laissez pas vos hommes entrer dans le camp, s’écrie le capitaine Mafeugnat aussitôt qu’il nous aperçoit.
    Et il sort, en faisant de grands gestes, d’une des deux maisonnettes bâties sur la petite esplanade qui précède les retranchements élevés autour de l’emplacement des marabouts.
    Les gradés, un sergent et un caporal, sortent aussi de leur cahute et font quelques pas au devant de nous.
    -- Mais, qu’est-ce qu’il a à nous appeler ? me demande Queslier. Est-ce qu’il se (…)

  • Paris : Procès à venir pour l’incendie de la voiture de flics

    21 août

    Du 19 au 22 septembre prochains, 9 personnes passeront en procès, accusées de l’attaque d’une voiture de flics quai de Valmy à Paris le 18 mai 2016. Deux attendent toujours en taule, dont l’une depuis maintenant plus d’un an, tandis que six autres sont sous contrôle judiciaire et que la dernière est encore recherchée.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 4700


Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | D'autres sites