forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Anti-Psychiatrie / Normalité

Anti-Psychiatrie / Normalité

Dernier ajout : 17 décembre 2015.

Hopital/Prison Hopital/Prison Hopital/Prison


  • Allemagne : Solidarité avec Rainer Loehnert !

    15 mars 2015

    “… il y a un long chemin à parcourir pour qu’un groupe soit à l’origine d’une révolte ou d’une insurrection ; le système et les contraintes psychologiques et économiques sont profondément ancrés à l’intérieur des gens en Allemagne, il faut du temps, [mais] je sais que c’est possible !”

  • Bologne, Italie : Les indomptables ont toujours combattu la normalisation

    12 octobre 2014

    La normalisation a plusieurs aspects, certains implicites – comme la télévision, les spots publicitaires, les « j’aime », les modèles culturels – et d’autres explicites, certains même extrêmement physiques : la prison, les hôpitaux psychiatriques, les prisons pour mineurs… Dans ces structures, les « déviants » sont enfermés et cachés de l’œil conformiste, bourrés de psychotropes pour être ramenés à la normalité.

  • Bologne, Italie : à leur normalité je préfère la folie – sur le procès pour les faits de Piazza Verdi

    25 juillet 2014

    [Ndt : Le 13 octobre 2007 vers 4h du matin, une jeune femme dort Piazza Verdi à Bologne. Une patrouille de police la remarque et décide que son comportement mérite un traitement psychiatrique obligatoire. Les flics appellent une ambulance pour l’emmener en hôpital psychiatrique et retiennent la femme contre son gré. Cinq compagnon-ne-s de l’espace anarchiste Fuoriluogo, Juan Sorroche Fernandez, Cristian Facchinetti (Fako), Federico Razzoli, Sirio Manfrini et Maddalena Calore assistent à la scène et essaient d’empêcher l’arrestation de la femme. La police réagit très brutalement, ils sont arrêtés et incarcérés. Les cinq ont de lourdes accusations, dont celle de vol d’un talkie-walkie et d’une paire de menottes, tentative de vol du pistolet d’un flic, incitation à la délinquance, blessures et menaces.]

  • Paris : Contre la "Mad Pride", organisée par les associations des labos pharmaceutiques

    2 juin 2014

    Le 14 juin a lieu à Paris une manifestation abusivement dénommé "Mad Pride". Dans d’autres pays les Mad Pride sont des manifestation d’orgueil de personnes psychiatrisés ou ex psychiatrisés critiquant la contrainte.
    Hors, ceux qui organisent cette manif du 14 juin, le Centre Hospitalier st-Anne et l’association Schizo Oui appuient cette contrainte.
    L’association milite pour illégaliser le fait de ne pas prendre des médicaments pour quelqu’un qui a un diagnostic psychiatrique, pour ne plus laisser le (…)

  • Meilleurs vœux

    4 janvier 2013

    Maintenant que la période des « fêtes » est derrière nous, on ne voulait pas vous priver de ce texte, écrit à l’issu d’une de ces typiques fêtes de famille…

  • Rage endormie

    30 mai 2012

    L’hôpital psychiatrique faisait depuis longtemps partie de mes phobies. J’ai vécu des années avec le pressentiment que j’y finirais, que ma folie, ma rage, ma singularité finirait par s’y échouer, par s’y éteindre.
    Je pensais que mes désirs étaient si contradictoires avec l’existant que ces contradictions ne seraient résolues que par l’internement forcé, pain béni pour le pouvoir, qui se débarrasse avec aisance des esprits trop vivants.

  • Limite, reine de l’asile

    27 mai 2010

    Dans ce monde chaotique, bien
    avant que l’administration psychiatrique
    n’ait même vent de mon cas,
    souvent, seule dans la foule, j’avais
    mal. Mal au coeur, au corps, à la
    pensée, à la tension entre monde
    extérieur et monde intérieur. C’est
    dans mon corps que je souffrais de cette tension infernale
    puisque le corps est l’interface, puisqu’il est celui qui trahit,
    celui dont je n’arrivais plus à maîtriser la crispation spasmodique
    de la mâchoire, la boule qui se nouait dans ma gorge,
    l’air soucieux, l’envie délirante de dire stop, j’arrête je ne peux
    plus faire un pas, plus un mouvement sans lui accorder toute
    mon attention, toute ma concentration, toutes mes ambitions,
    sans y mettre toutes mes forces… Mais cette limite de mes
    forces, comment ne pas l’éprouver dans l’état d’épuisement
    physique et psychique dans lequel j’étais travaillant quatre jours
    à la fac et les trois autres pour un patron. Sans un jour de repos
    pendant près de neuf mois…

  • « On va leur taper sur les nerfs nous aussi »

    17 avril 2010

    J’ai rencontré V. en 2008 à “ L’Etablissement
    Public de Santé Mentale ” de St Venant (62).
    Les récits ci-dessous sont issus d’entretiens et
    prises de notes choisis ensemble.

  • Les monstres seront tous anéantis

    9 mars 2010

    SOYEZ AUX AGUETS, les tortionnaires de
    l’enfance, profs sadiques qui foutent des tartes,
    humilient les cancres, abrutissent, discriminent ;
    surveillants de cauchemar qui gèrent les enfants
    comme des prisonniers, les font taire, les font pas
    bouger ; parents qui pensent que leurs enfants
    sont des biens, des sous – êtres, à leur merci et à
    leur service, qui perpétuent l’idéologie mortifère
    de la famille ; et tous les bourreaux innocents.

  • Depuis petits, déjà…

    5 mars 2010

    Petits déjà, on nous apprenait que nous avions
    cinq sens. Il y avait la vue, stoppée de toute part à
    50 mètres par les immeubles de béton et les
    usines ; l’ouïe, qui permet d’entendre des nuées
    d’abeilles après avoir travaillé sur un marteau
    piqueur ; l’odorat, pour sentir les fumées des
    voitures et des centrales ; le goût, pour manger
    des boîtes et des animaux morts ; le toucher enfin,
    pour bien sentir l’outil, le paquet de pâte, le
    journal gratuit, ou tout autre objet permettant de
    « gagner sa vie ».

0 | 10


Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | D'autres sites