forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Les Illusions Gauchistes

Les Illusions Gauchistes

Dernier ajout : 24 juillet.

« L’histoire du syndicalisme, c’est précisément l’histoire de la lutte contre le luddisme, le refus du sabotage, le refus de la dégradation de l’instrument de travail. »
Alain Gerard Slama, éditorialiste au Figaro.


  • D’une printanière « insurgence »

    24 juillet

    Sitôt passé, l’événement n’a de devenir que dans sa remémoration critique. En sachant qu’il y a des critiques qui liquident au nom de vérités intangibles, elles-mêmes jamais remises en question, et des critiques qui sauvent ce qui mérite de l’être de l’événement. Cet étrange printemps des convergences ratées ne fait pas exception. Il nous occupa en tout cas assez pour mériter l’examen, seul capable de donner une suite à nos raisons d’en avoir été. À notre place, modeste, mais partout où sourdaient des colères.

  • Zadissidences 2 : Une brochure sur les dissidences au sein de la ZAD (et note introductive)

    15 juillet

    NdNF : Tant que la « zone à défendre » était constituée comme zone occupée « contre l’aéroport et son monde » et comme espace d’expérimentation alternative, les contradictions inhérentes à la délimitation de ce tout petit monde alternatif illusoirement extrait du monde — dont nous pouvons penser qu’elles en reproduisent inéluctablement les mêmes schémas, ceux de la gestion et de la politique — restaient internes, et c’était d’un point de vue extérieur que les critiques de la démarche territoriale et (…)

  • Capital total

    3 juillet

    Dans le monde qui se profile, l’espoir de mener une vie simplement humaine s’effondre. Qui peut encore s’illusionner sur ce qui nous attend ? Qui peut encore imaginer que la simple défense du service public, issu du compromis social né dans le contexte bien particulier de la fin de la Seconde Guerre mondiale, soit une revendication à la hauteur des enjeux ? Le Capital s’est débarrassé de sa muselière. Il montre les crocs. Cela se traduit dans les faits par un accroissement de la violence de la (…)

  • Notre-Dame-des-Landes : Des dynamiques inhérentes aux mouvements

    27 juin

    Les réflexions développées ici sont basées sur plusieurs mois de compagnonnage à la ZAD de Notre Dame des Landes. Elles se sont aussi élaborées collectivement, ce qui a abouti à l’organisation du festival « off » lors de la « Fête de la victoire », le 10 février 2018. La situation est si complexe et elle évolue si rapidement que tenter de faire entrer une analyse dans le cadre de quelques pages est une gageure. Ceci n’est donc qu’un point de vue partiel et partial.

  • Paris : Pour un retour critique sur la manifestation du 26 mai

    3 juin

    Pour un retour critique sur la manifestation du 26 mai. Pourquoi le 26 mai a d’avantage ressemblé à une recomposition de la tête de cortège plutôt qu’à un dépassement du cortège de tête.

  • Ce sera tout ?

    9 mai

    Depuis toujours, et principalement en période de « mouvements sociaux », des organisations politiques (partis, syndicats, etc.) cherchent à prendre le pouvoir sur les luttes. Les mêmes pratiques se répètent pour prendre le contrôle des révoltés, pour détourner la révolte, l’intégrer à leurs programmes politiques, la faire fructifier en bulletin de vote ou en rapport de force privatisé pour servir des intérêts spécifiques. Dans les assemblées, on noyaute, dans les cortèges, on prend la tête, dans la répression on se dissocie. C’est un métier, cela s’appelle la politique.

  • Marre des commémorations !

    7 mai

    Partout en ce moment depuis Mai, télé, journaux, magazines, livres ou dvd sur mai 68 fleurissent dans les rayons mortifères des hypermarchés et dans la publicité. Autant de produits marketings bien emballés qui nous font penser à la frénésie consumériste de noël et autres fêtes commercialo-sacrées. Mai 68 est un produit de consommation.

  • Paris : 1er Mai 2018 - L’impasse en action

    5 mai

    Les quelques paragraphes qui suivent ne sont pas exhaustifs. Par contre, ils tentent de relever, au-delà des invectives des uns, au premier rang desquels nous retrouvons le ministre de l’Intérieur, et des cris de victoire des autres, parmi lesquels nous comptons l’ineffable site « Lundi matin », ce qui permet d’affirmer que le « mouvement social » est aujourd’hui, jusqu’à preuve du contraire, dans l’impasse. A ce titre, la manifestation du 1er Mai, à Paris, en est l’éclatante démonstration, y compris dans ce qui est présenté comme sa transgression, à savoir les quelques violences qui viennent d’en émailler le parcours.

  • On est allé à la CN-neu-neu pour que vous n’ayez pas à y aller

    22 avril

    Camarade ! Je n’apprends rien à personne lors que je dis que des choses se passent un peu partout en France au sujet de la loi ORE (mais si tu sais, cette loi vide au sujet de la sélection), mais pourquoi pas réunir toutes ces initiatives individuelles et locales pour en faire un mouvement commun et cohérent ? Lumineux ! On retrouverait toutes les facs en lutte, chacun-e pourrait s’exprimer, de manière égale, indépendamment de son appartenance à un parti ou un syndicat, avec des débats profonds et animés. Mais voilà, dans la réalité c’était un fiasco total et ça n’a abouti à rien.

  • Nous ne sommes pas des pions de l’économie

    22 avril

    Texte distribué dans les rues de Caen, notamment lors de la manif du 19 avril, lors de laquelle de nombreuses affiches sont apparues sur les murs de la ville, et qu’un pont de l’Orne a été occupé un petit moment par une centaine de personnes en bloquant l’accès avec du matériel de chantier, pendant que le reste de la manif pressait le pas pour bien s’en dissocier…

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 290


Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | D'autres sites