forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Vieilleries > A propos de Samuel Gompers

A propos de Samuel Gompers

Par Emma Goldman (1925)

dimanche 2 juillet 2017

Samuel Gompers 1850 – 1924 Syndicaliste américain, président de la Fédération américaine du travail (AFL) de 1886 à 1924. Le « gomperisme » se caractérise par une approche conservatrice qui veut améliorer la condition ouvrière au sein du système capitaliste. Il combattra farouchement les Industrial Workers of the World.


Les nombreux hommages rendus au défunt président de la American Federation of Labor ont souligné ses grandes qualités de dirigeant. « Gompers était un meneur d’hommes, » disent-ils. On aurait pu s’attendre à ce que le désastre provoqué à travers le monde par le dirigisme ait prouvé qu’être un meneur d’hommes est loin d’être une vertu. Il s’agit plutôt d’un vice que paient très cher ceux qui sont habituellement dirigés.

Les dernières quinze années regorgent d’exemples de ce que les meneurs d’hommes ont fait aux peuples du monde. Les Lénine, Clémenceau, Lloyd George et Wilson se sont tous faits passer pour de grands dirigeants. Mais ils ont apporté la misère, la destruction et la mort. Ils ont éloigné les masses du but promis.

Les communistes pieux considéreront sans doute comme une hérésie le fait de mettre dans le même sac Lénine et d’autres hommes d’état, diplomates et généraux qui ont conduit les gens au massacre et la moitié du monde à la ruine. Certes, Lénine était le plus grand d’entre eux. Il avait au moins une vision nouvelle, il avait de l’audace, il a fait face au feu et à la mort, ce qui est plus que ce que l’on peut dire des autres. Cependant, reste le fait tragique que même Lénine a apporté la dévastation en Russie. C’est son dirigisme qui a émasculé la révolution russe et a étouffé les aspirations du peuple russe.

Gompers était loin d’être un Lénine,mais à sa petite échelle, son dirigisme a causé beaucoup de torts aux ouvriers américains. Il suffit d’examiner la nature de la American Federation of Labor, sur laquelle Mr. Gompers a régné tant d’années, pour voir les résultats néfastes du dirigisme. On ne peut pas nier que le défunt président a obtenu quelques pouvoirs et améliorations matérielles pour l’organisation mais, dans le même temps, il a empêché la croissance et l’évolution de ses membres vers un but et un objectif plus élevés. Durant toutes ses années d’existence, la A. F. L. n’a pas été au-delà de ses intérêts professionnels. Elle n’a pas non plus compris l’abîme qui séparait le monde ouvrier de ses maîtres, un abîme qui ne peut jamais être comblé par la lutte pour des seuls gains matériels immédiats. Cela ne signifie pas, cependant, que je suis opposée au combat que mène le mouvement ouvrier pour de meilleurs conditions de vie et de de travail. Mais je tiens à souligner que, sans un but ultime de complète émancipation sociale et industrielle, le monde ouvrier n’obtiendra rien de plus que ce qui est dans les intérêts de la classe privilégiée et restera donc dépendante de cette classe.

Samuel Gompers n’était pas idiot, il connaissait les causes qui fondent les luttes sociales, mais il s’en est résolument détourné, Il s’est contenté de créer une aristocratie du travail, un trust syndical pour ainsi dire, indifférent aux besoins des autres travailleurs extérieurs à l’organisation. Mais, avant tout, Gompers n’avait aucune idée sociale émancipatrice. Il en résulte que après quarante ans de dirigisme de Gompers , la A. F. L. est restée dans l’immobilisme, sans sentir ni comprendre les facteurs de changement qui l’entouraient.

Les ouvriers qui ont développé une conscience prolétarienne et un esprit combatif ne sont pas à la A. F. L. Ils sont chez les Industrial Workers of the World. L’opposant le plus acharné à cette bande héroïque de prolétaires américains était Samuel Gompers. Alors, Mr. Gompers était intrinsèquement réactionnaire. Cette tendance s’est affirmée à plus d’une occasion dans sa carrière. Elle est apparue de manière la plus flagrante lors de l’affaire MacNamara, de la guerre et de la révolution russe.

L’histoire de l’affaire MacNamara [1] est très peu connue en Europe. Leur histoire a cependant joué un rôle significatif dans la guerre industrielle aux États-Unis, guerre industrielle entre le Steel Trust, la Merchants’ Manufacturers’ Association, et l’infâme chasseurs de syndicalistes, le Los Angeles Times, tous unis contre la Iron Structural Union. Les méthodes sauvages de cette horrible trinité se sont manifestées à travers un système d’espionnage, l’emploi de voyous pour cogner sur les grévistes en plus de l’utilisation de toute la machinerie gouvernementale américaine, toujours à la pointe du capitalisme national. La Iron Structural Union a combattu désespérément pour son existence contre ce formidable complot contre le monde syndical pendant des années.

J. J. et Jim MacNamara, qui étaient les plus acharnés et déterminés parmi les membres de l’Union,ont consacré leur vie et ont pris la part la plus active dans la guerre contre l’industrialisme et la grande finace jusqu’à ce qu’ils soient pris au piège par les ignobles espions employés dans l’organisation de William J. Burns, l’infâme chasseur d’hommes. Il y eut deux autres victimes avec les frères MacNamaras, Matthew A. Schmidt, un des meilleurs exemples de prolétaires américains, et David Caplan.

Samuel Gompers, comme président de la A. F. L. ne pouvait pas ne pas être au courant des accusations portées contre ces pauvres diables. Il est resté à leurs côtés tant qu’ils ont été considérés comme innocents. Mais quand les deux frères, dans leur désir de protéger leurs « supérieurs » ont avoué leurs actes, Gompers s’est détourné d’eux et les a abandonné à leur sort [2]. La respectabilité de l’organisation était plus importante pour lui que ses camarades qui qui avaient fait le travail en mettant constamment leur vie en danger, tandis que Mr. Samuel Gompers jouissait de la sécurité et de la gloire comme président de la A. F. L. Les quatre hommes furent sacrifiés. Jim MacNamara et Matthew A. Schmidt ont été condamnés à la prison à vie et J. J. MacNamara et David Caplan à 15 ans et 10 ans de prison. Ces deux derniers ont été libérés depuis alors que les premiers restent enterrés vivants à la prison de St. Quentin, en Californie. Et Samuel Gompers a été enterré avec les plus grands honneurs par la classe qui a condamné ses camarades à leur sort.

Pendant la guerre, le défunt président de la A. F. L. a livré l’organisation entière à ceux qu’il avait combattu ostensiblement toute sa vie. Certains de ses amis ont insisté sur le fait que Gompers est devenu obsédé par la manie de la guerre parce que les sociaux-démocrates allemands avaient trahi l’esprit de l’internationalisme. Comme si deux erreurs faisaient une vérité ! Le fait est que Gompers n’a jamais été capable d’aller contre le courant. Par conséquent, il a fait cause commune avec les seigneurs de la guerre et à livré les membres de la A. F. L. pour être massacrés dans la guerre, une guerre aujourd’hui reconnue par d’ardent patriotes d’hier comme ayant été une guerre, non pour la démocratie, mais une guerre de conquête et de pouvoir. L’attitude de Samuel Gompers envers la révolution russe, plus que toute autre chose, a démontré ses penchants dominants réactionnaires. On dit de lui qu’il avait des « informations » sur les bolcheviques. Donc, il a soutenu le blocus et l’ intervention. C’est absurde pour deux raisons : D’abord, lorsque Gompers a commencé sa campagne contre la Russie, il ne pouvait en aucune manière avoir connaissance des maux du bolchevisme. La Russie était alors coupée du reste du monde. Et personne ne savait exactement ce qui s’y passait. Ensuite, le blocus et l’intervention frappaient le peuple russe et en même temps renforçaient le pouvoir de l’état communiste.

Non, ce n’était pas sa connaissance des bolcheviques qui a fait se joindre Gompers aux assassins des femmes et des enfants russes. Ce fut sa crainte, et sa haine, de la révolution russe elle-même. Il était trop imprégné des vieilles idées pour saisir la porté des gigantesques événements qui déferlaient sur la Russie, l’idéalisme ardent du peuple qui avait fait la révolution. Il n’a jamais fait le moindre effort pour différencier la révolution et la machine mise en place pour dévier sa course.La plupart d’entre nous qui nous élevons aujourd’hui contre les gouvernants de la Russie le faisons parce que nous avons appris à voir l’abîme qui existe entre la révolution russe, les idéaux du peuple et la dictature dévastatrice maintenant au pouvoir. Gompers n’a jamais eu conscience de cela.

Bon, Samuel Gompers est mort. Il faut espérer que son âme ne marchera pas dans les rangs de la A. F. L. Les conditions aux États-Unis tracent de plus en plus une ligne rigide entre classes. Il devient de plus en plus impératif pour les ouvriers de se préparer aux changements fondamentaux qui sont devant eux. Ils devront acquérir la connaissance et la volonté ainsi que la capacité à reconstruire la société dans des directions sociales et économiques qui éviteront la répétition de la débâcle tragique de la révolution russe. Partout les masses devront prendre conscience que le dirigisme, d’un homme ou d’un groupe politique, conduit inévitablement au désastre.

Ce n’est pas le dirigisme, mais l’effort conjugué des ouvriers et des acteurs culturels de la société qui peuvent paver la route à de nouvelles formes de vie qui seront les garantes de la liberté et du bien-être pour tous.

[Extrait de The Road to Freedom (New York), Vol. 1, Mars 1925.]

Notes

[1Le 1er octobre 1910, un attentat à la bombe contre le Los Angeles Times a tué 21 employés et blessé une centaine d’autre.

[2J. J. McNamara avait assuré à Gompers qu’il n’avait rien à voir avec l’attentat. Ce dernier l’ayant cru, avait fait joué son influence dans le milieu syndical pour organiser des campagnes de soutiens, avec manifestations et collecte de fonds. Quand Gompers a appris que Jim McNamera avait plaidé coupable lors du procès pour avoir posé la bombe , il a déclaré. « Les McNamara ont trahi le monde ouvrier ».
A l’inverse, le Parti Socialiste a refusé de condamner les frères McNamara, arguant que leur action était justifiée par la terreur subie par leur syndicat depuis 25 ans, position partagée par Haywood et Debs, en particulier.