forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Sur le monde carcéral > Grèce : Texte du Réseau de Prisonniers en Lutte pour le procès des matons (...)

Grèce : Texte du Réseau de Prisonniers en Lutte pour le procès des matons accusés du meurtre d’Ilias Kareli

jeudi 31 décembre 2015

Aujourd’hui [le 16 décembre 2015], a débuté le procès des treize matons et du directeur d’alors de la prison de Nigrita Serres pour le meurtre par torture du détenu Ilias Kareli. En mars 2014, cette bande de lâches humanoïdes dont il advient qu’ils avaient un peu de pouvoir, a torturé et tué un homme enchaîné. Ilias Kareli faisait face à la vengeance d’un système, lequel l’avait condamné à de nombreuses années d’enfermement, comme la majorité des détenus, le privant de tout espoir de vie. Choisissant le chemin personnel de la révolte, dans un acte de désespoir, il a chambardé l’apathie qui règne dans les prisons et a retourné un peu de la violence que nous tous subissons dans les établissements pénitentiaires de leur démocratie.


Le 25 mars, il a plongé un morceau de ferraille dans le cou de celui qui enfermait sans remords ni vergogne des hommes derrière les barreaux, le détesté sergent Tsironis. Cet événement a attristé et enragé ceux qui se réjouissent lorsque les couteaux sont utilisés par un prisonnier contre un autre. Kareli a dérangé le calme factice du quotidien barbare, mais il l’a fait seul et désavantagé, en conséquence de quoi la foule des matons a pu déployer sa rage assassine, pensant une fois de plus qu’elle s’en sortirait intouchée.

S’il n’avait pas succombé, toute la scène de la torture et de l’humiliation serait probablement restée dans l’ombre, comme tant et tant d’autres, particulièrement pour des prisonniers qui sont, du fait de leur position sociale et de classe, relégués aux "objets oubliés". Mais le zèle fou des tortionnaires impliqués était tel qu’il a conduit à sa mort, et le sujet fit objet d’actualité. C’est pour les yeux du monde et surtout pour prévenir des troubles dans les prisons que les coupables ont été amenés face à cette si fameuse justice. Cette même justice renommée a permis à ces salopards d’être aujourd’hui en liberté, quand tant de pauvres diables restent en prison pendant des années pour des délits insignifiants.

Nous voulons clarifier que nous n’avons aucune confiance dans leur justice, laquelle a montré d’innombrables fois combien elle protège ses enfants. Ceux-ci, comme d’autres assassins étatiques par le passé, s’en tireront à bon compte.

De plus, l’incarcération de quiconque, même de tels humanoïdes ou du dernier des fascistes, ne pourra être en accord avec nos valeurs. Les réponses à de tels événements ne sont pas données par le biais des lois, mais par les chemins de la lutte multiforme.

Les noms des matons accusés : Constantinos Chochtoulas, Ar. Ballios, Al. Laliotis. St. Karagiannis, Ch. Konsolidis, G. Papas, G. Kakos, T. Alexandridis, N. Anastasiadis, E. Pablianas, E. Anagnostopoulos, An. Staboulis, T. Moustakas. Ath. Tousios.

Réseau de Prisonniers en Lutte.

NdT : Le procès a été reporté et reprendra le 4 janvier 2016.

[Traduit du grec par nos soins d’Indymedia Athenes.]

P.-S.

D’autres textes du Réseau de Prisonniers en Lutte sont disponibles ici.