Non Fides - Base de données anarchistes

« O gentilshommes, la vie est courte, si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. »

Accueil > Articles > L’Enfer-Travail > Brochure : Les camps de travailleurs vietnamiens en France (...)

Brochure : Les camps de travailleurs vietnamiens en France (1939-1952)

dimanche 21 juin 2015


Témoignage de Ngo Van

Extrait de Au Pays d’Héloïse*, chapitre 3, paru aux éditions L’Insomniaque, 
en septembre 2005.

[Van est arrivé à Paris en 1948.]

En échange du riz que j’y apporte, je me nourris au restaurant La Baie d’Along, 26, rue Grégoire-de-Tour, Paris, 6e. Là, j’ai eu mes premiers contacts avec la diaspora viêt et noué des relations amicales avec des anciens ONS (ouvrier non spécialisé, linh tho) et des anciens tirailleurs (linh chiên). Enrôlés de force au Viêt-nam pour la guerre de 1939-1945, démobilisés ou déserteurs, ils s’organisent pour la survie. Leur lieu de rencontre, un local sis rue Grégoire-de-Tour, n° 7, qui héberge les chômeurs, est aussi l’endroit où quelques jeunes étudiants compatriotes bénévoles leur donnent des leçons de français, de calcul… Je me joins à eux pour apprendre aux illettrés à lire et à écrire notre langue.

«  Au Viêt-nam, vers la fin de 1939, me raconte Dang van Long, ancien ONS, à travers les hameaux, les tocsins résonnèrent annonçant l’enrôlement des tirailleurs, des appels affichés à partir pour la France se multipliaient. Les notables des villages arrêtèrent les jeunes par grappes. Les familles nombreuses du Nord et du Centre doivent donner un enfant à la France. Dans la province de Hai duong (pays d’origine de Dang van Long), toute famille ayant deux enfants mâles devait laisser partir l’un des garçons comme ONS ou tirailleur.

L’immense majorité des conscrits vient du monde paysan dont 80 % sont illettrés. Le restant comporte un petit nombre d’ouvriers et une centaine de gens instruits sachant manier la langue française. Certains de ces enrôlés avaient à peine 16 ou 17 ans, d’autres dépassaient la quarantaine ou frôlaient la cinquantaine. Les instruits accédaient aux grades de surveillant ou d’interprète. Après des semaines d’internement dans des camps de transit à Haiphong, Vinh, Tourane (actuelle Danang) et Saigon, ils sont entassés par milliers à fond de cale des bateaux comme du bétail pour un voyage de quatre à sept semaines entre ciel et océan, subsistant d’une pitance de misère. Il leur est interdit de monter sur le pont. Un téméraire qui brava l’interdit pour se débarbouiller sous la pluie, eut le dos ensanglanté par des coups de cravache. Vingt-trois conscrits périrent pendant le voyage.  »

Au total environ 20 000 Vietnamiens furent enrôlés de force comme ONS et quelque 20 000 comme tirailleurs ont été expédiés vers la France de fin 1939 à début 1940. À leur arrivée, les tirailleurs sont envoyés aussitôt rejoindre les unités sur le front de l’Est où la plupart d’entre eux laisseront leurs os, ou disparaîtront comme prisonniers. Les ONS, eux, seront enfermés au fur et à mesure de leur arrivée à la prison des Baumettes, à Mazargues (Marseille) gardée par des sentinelles sénégalaises.
Tout se passe sous le contrôle du tristement célèbre Service de la main-d’œuvre indigène (MOI), qui est une administration totalement autonome formée par des colons et des officiers coloniaux à la retraite. Sous son égide, les ONS sont ensuite dirigés vers le Sud-Est et le Sud-Ouest, pour être livrés aux usines, aux poudreries de Bergerac, Toulouse, Chamas, de l’Yonne et autres centres de fabrication d’obus à Marseille, Sorgues, Lodève. Dans les salines de Girod, dans les fabriques de textiles artificiels et des engrais chimiques, les ONS doivent accomplir des tâches aussi dangereuses que pénibles. Et bien que les ONS soient des civils, le règlement est celui de la discipline militaire.

En 1940, à la fin des hostilités, 4 426 ONS, dont nombre de malades ou invalides, sont rapatriés avant le blocus maritime. À partir de l’occupation allemande, le MOI embrigade les 15 000 restants, en cinq compagnies réparties en cinq centres  : Marseille, Toulouse, Bergerac, Sorgues et Lodève. D’anciens officiers et fonctionnaires coloniaux en retraite, d’anciens colons encadrent les ONS qui, outre les rigueurs de l’occupation et du climat, ont à subir les mauvais traitements d’une administration bestiale, transplantée directement de la colonie en métropole.

Le MOI détache les ONS pour travailler dans les entreprises industrielles, aux Eaux et Forêts, à des travaux agricoles au Maroc et en Corse, à la construction du mur de l’Atlantique. Les entreprises versent les «  salaires  » des ONS au MOI, qui les retient et les répartit à sa guise sans aucun contrôle extérieur. Corvéables à merci pour un revenu dérisoire, ces hommes subirent une double extorsion, celle de l’État qui les sous-traitait et celle des agents du service qui les exploitaient. L’hébergement et la nourriture sont laissés au bon vouloir des entreprises qui les embauchent. Aucune protection en cas d’accidents. Dans une fabrique de soie artificielle à La Voulte, cinq ouvriers originaires du Quang nam furent ensevelis sous les décombres de la ruine qui leur servait de logement.

«  Nos frères avaient tellement faim, relate Dang van Long, qu’ils ont mangé les herbes et les plantes, les champignons vénéneux. Beaucoup en sont morts. Le 16 octobre 1940, le détachement 17 à Bergerac enregistre six décès, le détachement 40 quatre. Le 10 septembre 1941, c’est le tour du détachement 60 de déplorer la mort de six ouvriers, et un mort au détachement 31. Le trafic, le racisme, la corruption de l’administration du MOI ont provoqué la grève de la faim de plus d’un millier d’ONS à Vénissieux à la fin de 1941. Pour cette démonstration, l’interprète ONS Hoàng khoa Khôi fut jeté en prison à Sorgues pour «  propagande communiste  ».

À partir de la fin de 1943, les cas de mutilation, de résistance passive, de révoltes spontanées, de désertion ne cesseront de se multiplier. Les déserteurs montent à Paris, s’en vont en Allemagne ou s’engagent dans le maquis. Pour mater toute velléité de révolte, le MOI dota d’une prison chaque compagnie, soit 79 lieux de détention. Un grand nombre de récalcitrants condamnés y croupirent interminablement, certains en sortiront marqués à vie. D’autres ont succombé sous la torture de geôliers sadiques dont certains étaient des ONS promus kapos. La prison de Sorgues dans le Vaucluse représente un sommet dans la hiérarchie de l’horreur. Des ONS gradés ralliés aux maîtres, servent avec zèle de supplétifs à la garde de la prison. C’est dans cette prison de Sorgues que Dang van Long notre narrateur, passa trois mois en 1942, pour avoir signé une pétition contre le commandant du camp.

L’autre pendant de l’univers carcéral, c’est l’hôpital Le Dantec à Montalivet où, de 1941 à 1944, sont passés 800 ONS dont la plupart sont atteints de tuberculose pulmonaire ou osseuse, à la merci d’un personnel soignant corrompu, à quelques rares exceptions près. Les récalcitrants sont placés dans les salles des tuberculeux agonisants. Deux ONS hospitalisés ont porté plainte contre les médecins et infirmiers. Quelque temps plus tard ils se sont retrouvés à la morgue sous forme de macchabées.

En mai 1944, des milliers d’ONS du camp n° 2 à Marseille – auquel est rattaché l’hôpital Le Dantec – déclenchent une grève de la faim et du travail de 48 heures, pour protester contre les exactions et la corruption de la direction de l’hôpital. Le commandant du camp appela le colonel allemand à la rescousse. À l’officier nazi qui menace de faire zigouiller 200 grévistes, les délégués ONS lui déclarent qu’il les délivrerait ainsi de la mort lente que leur inflige le régime du camp et de l’hôpital. Cette lutte organisée a abouti à la remise en cause de la gestion du service et au contrôle du régime alimentaire de l’hôpital par les délégués ouvriers. La grève fait tâche d’huile dans nombre d’autres camps. Les ONS élisent leurs délégués qui forment des comités de camps, de compagnie et réclament la direction de l’organisation du camp et du ravitaillement.

L’année suivante, en mars 1945, l’hôpital Le Dantec n’existe plus. Les malades sont transférés à l’hôpital de Pierrefeu dans le Var. Là, ils sont de nouveau à la merci d’un ancien officier de la Coloniale qui se vante d’avoir pendant son long séjour en Indochine pénétré «  l’âme annamite  ». «  Les Annamites, dit-il, il faut les cogner pour qu’ils aient peur.  » En juillet-août 1945, presque tous les hospitalisés sont rapatriés et l’hôpital de Pierrefeu sera fermé.

De 1940 à 1946, parmi les 14 846 ONS victimes de l’internement dans les casernes et les camps de travail, soumis à la discipline militaire, à la sous-alimentation, les décès montent à 1 050, dont 500 de tuberculose. «  Depuis 1943, écrit un document allemand, l’état de santé [des travailleurs indochinois] s’est détérioré de plus en plus, suite au climat non propice et la nourriture non appropriée (manque de riz). Au 1er mai 1943, 1 244 Indochinois étaient envoyés à l’hôpital de Marseille ou au camp de repos (sanatorium) de Peyrolles. D’après les déclarations du chef de la 4e Légion, 60 % des Indochinois sont tuberculeux.  »

Début 1944, les ingénieurs Hoàng dôn Tri, Nguyên van Duoc, et Claude Bernard, partisans de la IVe Internationale, entrent en contact clandestin avec les ONS et tirailleurs dans les différents camps du Sud de la France. Le trio y établit des liaisons, organisent la désertion des tirailleurs et ONS. D’où la naissance au sein de ce milieu en mars 1944 du groupe La Lutte (Tranh dâu) adossé à une cellule BL (bolchevik-léniniste) auquel participe Dang van Long. Le groupe professe la lutte contre la reconquête coloniale française, organise des cours d’alphabétisation, de formation professionnelle et des causeries politiques. Ce noyau de militants constitueront avec d’autres, en 1947, le Groupe de communistes internationalistes, section vietnamienne en France de la IVe Internationale.

À la Libération, après le retrait des troupes allemandes, devant la situation nouvelle, en septembre 1944, une trentaine d’émigrés viêt réunis au 11, rue Jean-de-Beauvais, Paris 5e, élisent douze délégués qui se constituent en Délégation provisoire des Vietnamiens en France. Ils s’assignent pour but, face à l’administration MOI, la défense des intérêts des ONS, tirailleurs et autres travailleurs viêt. Vis-à-vis du ministère des Colonies, la Délégation soutient les émigrés viêt en général. En décembre 1944, la Délégation se réunit à Avignon avec la participation de 200 délégués dont la majorité vient des camps ONS et tirailleurs dans le Sud-Est et Sud-Ouest de la France, dans la mouvance du groupe La Lutte. Ainsi s’est constituée la Délégation générale des Vietnamiens en France.

Le mouvement d’opposition structuré des colonisés hante le gouvernement De Gaulle. En janvier 1945, 13 délégués ONS de la compagnie 14 furent incarcérés. En février des parachutistes encerclent le camp Bergerac, abattent un ouvrier et en arrêtent dix-huit. En octobre 1945, à Paris, 44 délégués ONS et 3 membres de la direction de la Délégation furent appréhendés ainsi que nombre d’autres délégués après perquisitions à leur domicile.

Contre la répression, dans bon nombre de camps, ONS et tirailleurs font la grève de travail et de la faim en signe de protestation, bravant la discipline militaire. En novembre, à Agen, les gardes mobiles abattirent 3 tirailleurs. Deux délégués ouvriers furent arrêtés à Moulins. À Marseille, 50 tirailleurs en grève furent incarcérés dans la prison des Petites Baumettes.

Le Parti communiste français et la CGT demeurent impassibles devant la répression, accusant le mouvement d’être noyauté par les trotskistes.

Le Journal officiel du 19 octobre 1945 publie un décret stipulant la dissolution de la Délégation générale des Vietnamiens en France.

Après la guerre, des camps perdurent dans la tragédie jusqu’au rapatriement des derniers ONS et tirailleurs en 1952. Un certain nombre de ces malheureux échappés des camps ont choisi l’exil. C’est avec Dang van Long et quelques-uns parmi eux que j’ai sympathisé au 7, rue Grégoire-de-Tours en 1948, et nous devenons amis.

Ngo Van.

* Au Pays d’Héloïse fait suite, dans l’auto-biographie de Van, à ses Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale racontées dans Au pays de la Cloche fêlée 
(L’Insomniaque, 2000).

Pour lire la suite et télécharger la brochure au format PDF :

Les camps de travailleurs vietnamiens en France (1939-1952)

SOMMAIRE

• Quelques fragments de la mémoire collective
I. Témoignage de Ngo Van. Extrait d’Au Pays d’Héloïse
II. Dang van Long (rescapé des camps) Nguoi Viêt o Phap 1940 1954
(Les Vietnamiens en France, 1940 1954), Paris, T.S.Nghien cuu, 1997.
III. Hoang Khoa Khoi, militant trotskyste vietnamien en France
depuis 1943, interprète dans les camps.
IV. Témoignage de Anh Vanh, militant étant intervenu dans les camps.
V. Les années 1940-1941 racontées par un jeune enrôlé amoureux
de la France et devenu cadre dans les camps.
• Deux articles d’historiens
I Des Vietnamiens en Vaucluse : Le camp de Sorgues (extraits).
II La MOI. Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948.
• Repères historiques
• Les chauvins de gauche à l’œuvre
Du Front populaire à la Libération