forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Immigration et frontières > Chronologie de la solidarité avec les inculpés de l’incendie de (...)

Chronologie de la solidarité avec les inculpés de l’incendie de Vincennes

vendredi 5 février 2010

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Les 25, 26 et 27 janvier 2010 les dix inculpés de la révolte de Vincennes passeront en procès au Tribunal de Grande Instance de Paris, à 13h30, 16e Chambre, métro Cité. Une semaine de solidarité sera organisée du 16 au 24 janvier pour entre autres exiger leur relaxe, en espérant que le maximum de personnes, où qu’elles soient, s’approprient cette histoire et ce procès et y fassent écho, tant cela résonne avec les révoltes dans les centres de rétention partout en Europe et ailleurs. Cette chronologie est mise à jour grâce aux mails reçus ainsi qu’en glanant sur les différents médias.

Nous écrire pour aider à compléter, ici.


- 5 Décembre, Paris :

A Paris, dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 décembre, de nombreux distributeurs de billets ont été pris pour cible dans les 10è, 11è, 12è, 13è, 19è et 20è arrondissements.
Plus d’une soixantaine de distributeurs de la BNP et de La Poste ont été dégradés : certains obstrués à la soudure à froid ou avec des cartes bloquées, et quelques autres mis hors d’état de nuire pour plusieurs jours avec de l’acide sulfurique.
Sur chaque écran un autocollant précisait : "Hors service. Cette banque balance des sans-papiers aux flics. Sabotons la machine à expulser. Liberté pour toutes et tous."
Source.

- 9 Décembre, Paris :

En écho aux sabotages récents de distributeurs de billets plusieurs banderoles ont été suspendues dans différents quartiers de Paris au matin du 9 décembre 2009.
Ces banderoles ciblent notamment les banques BNP et la Poste qui, à plusieurs reprises, ont livré des clients sans papiers à la police. Elles rappellent également que les dix accusés de l’incendie du Centre de Rétention de Vincennes en juin 2008 passeront en procès les 25-26-27 janvier 2009 à Paris. On peut y lire "Destruction des Centres de Rétention", "Sabotons la machine à expulser", "Vive les feux de la révolte", "Les banques poukaves les Sans-papiers. A bas les collabos", "Solidarité avec les inculpés de l’incendie de Vincennes"…
Photos.

- 17 Décembre, Paris : Jeudi dernier, un engin de chantier de la marque Eiffage (constructeur de taules) a été incendié. On peut encore voir sa carcasse calcinée sur le chantier du tramway au niveau de la porte Saint Mandé à Paris. En solidarité avec les prisonniers en lutte d’ici et d’ailleurs et avec les inculpés de l’incendie du centre de rétention de Vincennes.
Source.

- 20 Décembre, Paris :

Nous saluons l’initiative de la mairie du 18 ème qui à l’occasion des fêtes de Noël a délaissé les décorations criardes pour des inscriptions au contenu chaleureux sur les banques (bnp boulevard barbes et la poste de la goutte d’or) et autres bâtiments comme "feu à toutes les prisons" "la poste balance les sans_papiers" ; "la bnp balance les sans papiers aux keufs" "les flics sont des porcs" "guerre immobilière= guerre aux pauvres" sur les murs d’un marchand de biens ; "flics porcs assassins" sur l’école en face du commissariat de la goutte d’or et une vingtaine d’autres.
A l’occasion de cette ballade nous avons collé les affiches "pour des cendres de rétention", "solidarité avec les inculpés de Vincennes", "beau comme un centre de rétention qui flambe" etc…
Nous avons crié les slogans "liberté pour tous avec ou sans papier" ; "feu feu feu aux centres de rétention", "pierre par pierre nous détruirons toutes les prisons", "flics porcs assassins" slogans repris à de nombreuses reprises par les passants.
Des tracts comme "brûlons les frontières" "pourquoi nous sommes contre toutes les prisons" et "la grande loterie des camps" ont été distribué par milliers.
Après Belleville et Barbés parions que l’initiative sera reprise dans d’autres quartiers et d’autres villes !
Source.

- 21 Décembre, Paris : Dans un communiqué de presse, le ministère de l’Immigration et de l’identité nationale annonce qu’n grand nombre de portes et de vitres du bâtiment de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) situé dans le XVe arrondissement, ont été brisées et l’inscription « Feu aux CRA, Non aux expulsions » a été relevée sur place par les enquêteurs. Selon les journaflics, une enquête serait ouverte.
Communiqué du ministère.

- 22 Décembre, Grenoble :

ces derniers jours à une semaine d’intervalle la boutique Bouygues située Grand Rue a eu :
- sa devanture taguée "Bouygues construit des taules"
- sa vitrine brisée
rappelons que Bouygues (et d’autres [1]), par le biais de ses différentes filiales, participe à la construction de nombreuses prisons et centres de rétentions.
Courage à ceux et celles qui croupissent en taules.
ps : avis aux amateurices, il y ’a une autre boutique Bouygues au 6 rue de Bonne à Grenoble.
Source.

- 26 Décembre, Bordeaux : Banderole contre les centres de rétention posée place de l’Hotel de ville.
Photo.

- 1er Janvier, Nîmes :

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, cris de rages, pétards, artifices et fusées ont été tirés en direction de la maison d’arrêt et du centre de rétention administrative de Nîmes. Quelques mots ont été laissé sur le mur d’enceinte du CRA : "Feux aux prisons !", "CRAme", "Solidarité avec les inculpés de Vincennes", "Nique la taule"…
Contre tous les enfermements, pour que crèvent nos bourreaux !
Source.

- 1er Janvier, Paris :

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2010, peu après minuit, des feux d’artifice et des pétards ont été lancés aux abords de la maison d’arrêt de Villepinte et du centre de rétention de Vincennes, accompagnés de cris "liberté !", pour saluer les enfermés.
Malgré des présences policières (des camions de police tournaient autours du centre de rétention et des contrôles d’identités ont eu lieu devant la maison d’arrêt), nous avons été entendus , des cris de l’intérieur de la prison de Villepinte ont été lancés en retour.
A bas toutes les prisons
Brûlons les frontières
Source.

- 9 Janvier, Paris :

Samedi 9 janvier Montreuil et ses rues a été redécorré.
Malgré la défection des masses montreuilloises (il faisait froid) une petite vingtaine de personnes ont redécorré le métro, les rues et les banques de montreuil avec des centaines d’affiche et des dizaines de tags pendant deux heures samedi 9 janvier 2010.
Cette balade s’inscrit comme les précédentes à Barbés et Belleville dans le cadre des nombreuses actions de solidarité avec les inculpés de Vincennes et contre la machine à expulser et l’enfermement.
De fait à une vingtaine nous pouvons reprendre la rue quelques heures et assumer collectivement différents modes d’action qui seraient plus difficiles d’avoir tout seul
Prochaine balade le…
quelques tags :
La BNP balance les sans papiers
Feu au capital !
Feu à toutes les prisons !
La CGT expulse les sans papiers de la bourse du travail on oublie rien
100 papiers 1000 feux !
Non aux expulsions !
Avec ou sans papier liberté pour tous !

- 16 Janvier, Paris :

Parce qu’on n’a pas besoin d’être 15 000 pour agir contre ce qui nous détruit.
Ce samedi, nous nous sommes promenés dans l’est parisien, en solidarité avec les sans papiers grévistes, dans le cadre de la semaine de solidarité avec les inculpés de l’incendie du centre de rétention de Vincennes qui passeront en procès les 25, 26 et 27 janvier prochain.
Après s’être retrouvés à une petite centaine sur le chantier du Tramway Porte des Lilas, nous sommes passés par Belleville, aux cris de « Ni rafles, ni expulsions, destruction des centres de rétention », puis nous avons exprimés notre solidarité aux grévistes de Ménilmontant.
Passant ensuite Rue d’Avron, nous avons criés des slogans hostiles aux collabos de la machine à expulser tels que Bouygues (qui construit des prisons) ou la BNP (qui balance des sans papiers aux keufs), et en réclamant la « Liberté pour tous, avec ou sans papiers ». Une agence Bouygues a d’ailleurs subie un coup de pression. Nous avons ainsi visités deux autres piquets de grève. La circulation a largement été gênée sur cet axe, des centaines de tracts distribués, des dizaines d’affiches collées.
La police suivait de loin, notamment par l’action de trois ou quatre flics en civil qui se croyaient drôles en nous adressant des signes de la main.
Une autre balade, contre la machine à expulser, est appelée samedi 23 janvier à Paris, place de la République (métro du même nom), à l’angle de la rue du Temple.
Vive la révolte ! Feu aux centres de rétention !
Source.

- 16 Janvier, Bordeaux :

manif express […] Nous sommes une centaine à nous retrouver place de la Victoire. 30 minutes plus tard on commence notre petite déambulation jusqu’à un chantier de Bouygues sur les panneaux duquel sont collés de nombreuses affiches peintes à la bombe ("feux aux centres de rétention", "no border no nation" "Bouygues exploite des sans-paps", etc. voir en lien). On refait la même 50 mètres plus loin sur la vitrine d’une agence Bouygues Immobilier. Les flics interviennent pour protéger l’agence. On se casse presque aussitôt et on se disperse rapido.[…]
Compte-rendu complet et photos.

- 16 Janvier, Angers :

Manif. Une petite prise de parole. et puis zou c’est parti avec en tête une banderolle en solidarité avec les présumés incendiaires du cra de vincennes. Des diff sur le parcours, et puis pas mal de collage de l’affiche de la semaine de solidarité mais aussi contre la contruction du centre de sternokerzeel (près de bruxelles). Des petits arréts devant certaines outils de la machine à expulser ont été fait et des slogans du type : "wanted la poucave montre nous ta sale gueule de balance, wanted la boucava tatatatatatata". Voila c’est un peu mou du genou, mais un peu drôle quand même parfois.
Source.

- 18 Janvier, Paris :

Dans la nuit du 17 au 18 janvier, nous avons bouté le feu à deux distributeurs de billets de la Poste.Nous avons ensuite incendié deux poubelles contre la même Poste, située rue Clavel, dans le 19ème arrondissement.
Avant de nous replier sous le cris des sirènes de police, un tag a été laissé près de la surface incendiée, précisant : "La Poste balance. Solidarité. Vincennes."
En effet, la poste s’est illustrée en donnant des sans-papiers aux flics.
Ce geste s’inscrit dans le cadre de la semaine de solidarité avec les inculpés de l’incendie de Vincennes.
Que d’ici au 24 (et après) tous les collabos qui se trouvent sous nos yeux s’en prennent plein la gueule, par tous les moyens qui sembleront propices et justes (du tag au marteau, de la banderole à l’incendie, du saccage à l’affichage, des ballades publiques aux ballades nocturnes entre amis).
Ils ont des noms et des adresses (cf. lien ci-dessous).
Groupe Richard Durn pour le maintien de l’offensive.
Source.

- 19 Janvier, Lyon : Bouygues et BNP taggés Place de la Croix Rousse en soutien aux inculpés de Vincennes.
Source et photos.

- 19 Janvier, Grenoble :

Mardi, tôt dans la matinée, des banderoles en solidarité ont été suspendues à la passerelle de l’hôtel de ville, dans le cadre de la semaine de solidarité avec les inculpés de la révolte du centre de rétention de vincennes. On pouvait y lire "soutien aux inculpés du centre de rétention de vincennes/sabotons la machine à expulser" et "solidarité avec les sans-pap’". On a aussi pu voir de nombreuses affiches recouvrir les murs de la ville. Le soir même les banderoles étaient déjà enlevées, et on peut imaginer que nombre d’affiches ont du être recouvertes. La ville toujours tente de s’aseptiser mais jamais nous ne nous laisserons faire. Solidarité avec les sans-papier-es ! Solidarité avec les révolté-es !
Source.

- 19 Janvier, Besançon :

Le 19 janvier 2010 ont été tirés des feux d’artifice pour les détenus de
la maison d’arrêt de Besançon La Butte
Cette action s’inscrit dans le cadre de la semaine de solidarité avec
les inculpés de Vincennes et a été menée contre la politique sécuritaire
qui enferme ceux qui luttent, ceux qui misèrent….
Source.

- 19 Janvier, Bordeaux : Manif sauvage, banderoles, fumigènes, flambeaux, pétards et distribution de tracts. environ 250 personnes.
Source.

- 21 Janvier, Angers :

depuis quelques jours à angers, il y a des affiches en solidarité avec les inculpés de la révolte de Vincennes ainsi que contre les centre de rétention, les frontières et les prisons qui pululent.
on en trouve sur les poteaux, les murs, des vitrines de magasins plus ou moins vide.
Il y en a même qui ont été mises sur les vitres des locaux de bouygues immobilier.
Plusieurs rumeurs courent sur ça. La première raconte que ces colleurs ont trop inhaler des vapeurs de colles et qu’ils ont confondus la vitrine avec un panneau d’affichage libre.
L’autre rumeur dis que c’était qu’une petite action dans le cadre de la solidarité avec les inculpés de Vincennes dirigés contre une des boîtes qui contruit et gére des taules et centre de rétention.
Va savoir laquelle est la bonne.
Source.

- 21 Janvier, Grenoble :

A grenoble dans la nuit du 20 au 21 janvier dans le cadre de la semaine de solidarité avec les inculpés du CRA de Vincennes et en solidarité à tous les sans-pap’ :
de nombreuses banques du centre ville, dont la BNP, ainsi que pole emplois, l’hôtel IBIS, les boutiques de bouygues ont eu leur serrure et/ou distributeur encollés et ont été recouverts de tags : "balance les sans pap’", "solidarité avec les inculpés du CRA de vincennes", "construit des prisons pour sans-pap’", …
- Une boutique de bouygues a eu sa vitrine cassée, à côté de l’inscription "bouygues construit des prisons pour sans-pap’"
- D’autres tags ont été fait un peu partout dans le centre
Contre la délation, contre toutes les prisons. Que la solidarité continue.
Source.

- 22 Janvier, Grenoble :

En solidarité avec les inculpés de l’incendie du centre de rétention de Vincennes, le palais de justice de Grenoble a été recouvert de peinture rouge, et du tag « le palais de justice enterre nos révoltes, enterrons le », dans la nuit de jeudi.

Source.

- 22 Janvier, Paris :

Dans l’après-midi, près d’une quarantaine de personnes se sont retrouvées derrière une banderole « Fermeture des centres de rétention », sans qu’aucun appel public n’ait été lancé, dans le 13e arrondissement de Paris, pour une petite balade offensive…
Pendant environ une heure, la balade a traversé plusieurs rues du 13e, criant joyeusement des slogans hostiles aux centres de rétention et à l’enfermement en général, affirmant la liberté pour tous, avec ou sans papiers.
Des dizaines d’affiches appelant à la solidarité avec les inculpés du centre de rétention de Vincennes ont été collées, de nombreux tags ont été faits à la bombe de peinture et au marqueur, sur les mêmes thématiques (solidarité avec les sans-papiers, contre les centres de rétention et toutes les prisons, etc.).
Au bout d’un moment, la flicaille a commencé à rappliquer, une, puis deux, puis trois voitures, ça commençait à devenir de moins en moins simple de continuer, la balade a donc traversé l’université de Tolbiac - Paris I pour ressortir de l’autre côté et finir par se disperser dans le métro, après avoir traversé une galerie commerciale en continuant de crier des slogans (effet garanti).
Aucun contrôle d’identité, aucune interpellation. Tout cela s’est déroulé bien sûr dans le cadre de la semaine de solidarité avec les sans-papiers qui passent en procès les 25, 26 et 27 janvier 2010 au TGI de Paris (métro Cité).

- 23 Janvier, Mens :

Samedi matin les visiteurs du marché de Mens (Trièves) ont pu voir une banderole en solidarité avec les inculpés de l’incendie du centre de rétention de Vincennes. La banderole attachée aux structures des Halles disait : « POUR UN MONDE SANS ETAT, SANS FRONTIERE, SANS NATION ET SANS PRISON ; POUR LA LIBERTE. SOLIDARITE AVEC LES INCULPES DE L’INCENDIE DU CENTRE DE RETENTION DE VINCENNES »
Un tract avait aussi été distribué dans une centaine de boîte aux lettres du village.
Le tract.

- 23 Janvier, Paris :

Dans les 9ème, 11ème, 12ème, 14ème, 15ème et 17ème arrondissements de Paris, 27 distributeurs automatiques de la Poste, du Crédit Lyonnais, de la Société Générale et du CIC ont été mis hors service, avec de l’acide sulfurique ou des coups de marteaux dans la nuit du 22 au 23 janvier. Des autocollants ont été apposés pour préciser que toutes ces banques balancent des sans-papiers aux flics.
Source.

- 23 Janvier, Paris :

Manifestation contre la machine à expulser… Dès le départ à République, une centaine de flics en civil et plusieurs cars encadraient la manifestation essayant de l’empêcher de partir. Malgré le dispositif, nous avons pu nous diriger vers la rue Albert Thomas, où l’antenne de la Croix Rouge du 10ème arrondissement a été redécorée par les manifestants pour rappeler la participation de cet organisme à l’enfermement et l’expulsion des étrangers. Les flics ont commencé à charger mais le cortège a pu continuer jusqu’à la gare de l’est. Arrivés à Château Landon, devant l’ agence de voyage Carlson Wagon Lits, un autre grand collaborateur aux expulsions, plusieurs personnes ont été violement bloquées et interpellées par des dizaine de civils. Des personnes ont alors été tabassées. Un ratissage policier a ensuite été organisé dans tout le quartier et des gens ont été arrêtés plus ou moins au hasard et au faciès. Emmenées au commissariat Charles Dallerey dans le 11ème, la plus part des personnes sont ressorties quelques heures après suite à une vérification d’identité pour cause de manifestation interdite. Mais un camarade a été gardé et accusé de jet de projectile et violence à agent.
Tract distribué à la manif.
Source.

- 23 Janvier, Paris :

Action de blocage de la circulation dans le cadre de la semaine de solidarité avec les 10 sans-papiers qui comparaitront lundi, mardi et mercredi accusés d’avoir participé à la révolte qui a mis le feu à la prison pour étrangers de VIncennes.
Hier après-midi, samedi 23 janvier, 8 poneys ont réussi à tromper la vigilance de leurs gardiens et courir vers le périphérique pour certains d’entre eux, sur l’autoroute A4 pour d’autres.
Perturbant la circulation des automobiles pendant 2 bonnes heures ils ont ainsi voulu rappeler leur attachement à la liberté de circulation et d’installation de tous et exprimer leur solidarité avec les 10 sans-papiers qui doivent comparaître les 25, 26 et 27 janvier accusés d’avoir participé à la révolte qui a abouti à la destruction du centre de rétention de Vincennes.
Ils ont malheureusement été tous rattrapés alors que certains essayaient de fuir dans les bois et qu’un autre, plus fougueux que les autres, avaient gagné la porte de Bercy et prenait la direction du tribunal de grande instance de Paris pour être sûr d’être là demain lundi à partir de 13h à la 16ème chambre pour le début du procès des 10 inculpés.
Liberté pour tous, A bas les frontières !
Soyons nombreux demain au tribunal !
Dans les médias. Source.

- 25 Janvier, Angers :

Lundi pour le premier jour du procés des tags "feux aux taules", "solidarité avec la mutinerie de Vincennes", "brisons les murs"… et bien d’autres ont été vues sur les murs d’Angers.
On a pu voir aussi près d’une agence crédit agricole "credit agricole = delateur", et puis près de la douane "P.A.F. , un pavé dans ta gueule !
Source.

- 25 Janvier, Reims : Selon la presse regionale, tags sur des banques BNP Paribas, CIC et La Poste (Banque postale) : « La Poste dénonce des sans- paps » ; « La Poste collabore à la déportation » ; « BNP balance les sans-papiers » ; « BNP collabo » ; « CIC dénonce les sans-paps ».
Source.

- 27 Janvier, Lyon : Selon des photos publiées sur Rebellyon, un LCL aux vitres brisées et des tags sur divers LCL et Poste.
Source et Photos.

- 27 Janvier, Paris :

Ce mercredi 27 janvier, une quarantaine de personnes a occupé l’agence Air France d’Opéra à Paris. Arrivé sur les coups de 18h, le groupe a bloqué la vente de billets pendant une demi-heure. Après avoir mis hors d’état de nuire la caméra et déclenché les alarmes incendie, les vitrines puis les murs à l’intérieur ont été redécorés à l’aide de nombreuses affiches contre la machine à expulser. Les tracts "Sabotons la machine à expulser" et "Quelques vautours de la machine à expulser" (avec la mention "Agence Opéra occupée") ont été faxés à d’autres agences Air France ainsi qu’à son siège social. A l’extérieur, une banderole à été déployée ("Air France expulseur - Liberté pour tous, avec ou sans papiers") et des tracts distribués aux passants de ce quartier bourgeois. Après avoir éclaté quelques boules puantes, tout le monde est reparti en métro à l’arrivée de la flicaille.
Source.

- 28 Janvier, Paris : Des tags en solidarité dans l’Est parisien.
Source et photos.

- 1er Fevrier, Paris :

Alors que nous perturbions ce lundi 1er Fevrier l’agence Carlson wagon-lit de bastille rue de lyon, tu as vu notre banderole : Carlson Wagon-lit expulseur de sans papiers/Liberté pour tous". Attiré par notre grand bruit et nos cris tu as traversé la rue et tu nous as encouragé chaleureusement.
Tu nous as tendu la main, nous t’avons tendu le tract
"Quelques vautours de la machine à expulser" devant la vitrine de l’agence recouverte d’affiches "Solidarité avec les inculpés de Vincennes" et "Sabotons la machine à expulser".
Ce que tu n’as pas su c’est qu’à l’intérieur plusieurs personnes ont empêché les employés de travailler et que les inscriptions "liberté de circulation","Collabos de merde" et "Expulseurs de sans-papiers ont redécoré les lieux.
Mais ce que tu as compris c’est que Carlson Wagon-lit Travel est une agence de voyage qui a le monopole pour réserver les places d’avion et de bateau pour les sans-papiers expulsés et les flics de l’escorte. Tu as compris aussi que comme les autres entreprises qui se font des thunes avec les expulsions, il est possible de les harceler partout et par de nombreux moyens.
Peut-être nous retrouverons nous ces prochains jours au tribunal ou ailleurs (dans la rue, aux abords des magasins bouygues, de la poste ou dans une chambre d’hôtel ibis,…)
SOLIDARITE AVEC LES INCULPES DE LA REVOLTE ENFLAMEE DU CRA DE VINCENNES
Source.

- 6 février, Paris :

Une balade à Paris contre la machine à expulser et ses acteurs.
Ce samedi 6 fevrier une trentaine de personnes se sont rassemblées derrière la belle banderole "Sabotons la machine à expulser ! Liberté pour tous" et ont animé les rues des quartiers La Chapelle, Gare de l’Est, Magenta et Chateau d’eau en criant " avec ou sans papier, liberté pour tous" ; "dans les transports dans les quartiers arrêts des rafles et des expulsions" ; "pierre par pierre mur par mur détruisons les centres de rétention (et toutes les prisons !)" etc…
De nombreux tags et pochoirs ont été posés sur les vitrines et les murs des nombreuses entreprises qui s’enrichissent en toute tranquillité de par leur participation à la machine à expulser : Bouygues, La Poste, la BNP, Carlson wagonlit Ibis etc…
Une jolie affiche reprenant le verso du tract corrigé a été collé tout le long du parcours et ce même tract a été distribué par centaines aux passants et commerçants que nous croisions.
Le parcours de cette balade avait été préparé en vue de rendre visite à ces entreprises qui se distinguent par leur effort bien rémunéré dans la rétention, l’enfermement et l’expulsion des sans papiers.
Source. Photos.

- 8 février, Paris :

Dimanche soir, à la porte Brunet à Paris, les distributeurs et les vitres des agences BNP et Crédit Lyonnais ont été brisés. Un tag a été laissé sur place : "balance les sans-papiers".
Source.

- 11 février, Paris :

La neige et le froid étaient de retour. La veille, le procureur avait demandé des années de prison ferme contre les inculpés de l’incendie du centre de rétention de Vincennes. Rue Clavel, 19e arrondissement de Paris, nuit du 10 au 11 février 2010, deux tags apparaissent : « Feu aux CRA » et « Poste = balance ». Les deux distributeurs de billets s’enflamment totalement, cette fois pour de bon. L’agence ferme la matinée. Continuons à leur faire payer ce réquisitoire, la construction des CRA, les rafles, les expulsions et la misère à laquelle ils veulent nous soumettre.
Source et photos.


Read it in english

(few facts translated, to be completed)