forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Vieilleries > Nous

Nous

Par Zo d’Axa (1896)

dimanche 28 mars 2010

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [Português]

On parle d’anarchie.
Les quotidiens s’émeuvent. On interviewe les compagnons et l’Eclair se fait, entre autres réponses, dire par eux qu’actuellement il y a scission parmi les anarchistes.
C’est sur le vol que les opinions se divisent.
Les uns, dit-on, veulent l’ériger en principe, les autres le condamne irrévocablement.
Eh bien ! Impossible serait à nous de prendre position sur un pareil terrain. Ce vol peut nous paraître bien et beau et approuvable ; cet estampage peut violemment nous répugner.
Il n’y a pas d’Absolu.


Si des faits nous mènent, aujourd’hui, à préciser telle façon de voir et d’être, chaque jour, en les vifs articles de nos collaborateurs expressifs, le vouloir s’est affirmé, clair.
Ni d’un parti, ni d’un groupe.
Endehors.
Nous allons – individuels, sans la Foi qui sauve et qui aveugle. Nos dégoûts de la Société n’engendrent pas en nous d’immuables convictions. Nous nous battons pour la joie des batailles et sans rêve d’avenir meilleur. Que nous importent les lendemains qui seront dans des siècles ! Que nous importent les petits neveux ! C’est en dehors de toutes les lois, de toutes les règles, de toutes les théories – même anarchistes – c’est dès l’instant, dès tout de suite, que nous voulons nous laisser aller à nos pitiés, à nos emportements, à nos douceurs, à nos rages, à nos instincts – avec l’orgueil d’être nous-même.
Rien, jusqu’ici, ne nous a révélé l’au-delà radieux. Rien ne nous a donné le critérium constant. Le panorama de la vie change sans cesse ; et les faits, suivant l’heure, nous apparaissent sous différentes lumières. Jamais nous ne réagissons contre les entraînements où nous lancent, tour à tour, les contradictoires points de vue. C’est simple. Et si parfois des fougues désorientent par l’inattendu, c’est que nous parlons des choses de ce temps comme ferait le primitif barbare tombant tout à coup devant elles…

Le vol !
Mais la fantaisie ne nous viendra point de nous poser en juges. Il y a des voleurs qui nous déplaisent, c’est sûr, et que nous attaquerons, c’est probable. Alors ce sera pour leur allure, plutôt que pour le fait brutal.
Nous ne mettrons pas en jeu la sempiternelle Vérité – avec un grand V.
C’est une affaire d’impression.
Un bossu peut me déplaire plus qu’un aimable récidiviste.

Zo d’Axa, dans L’En-dehors, 1896, reproduit depuis l’En-dehors, Anthologie, 1891-1893.