forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Sciences, technologies mortiféres et industrie > Padoue (Italie) : La révolte des smartphones

Padoue (Italie) : La révolte des smartphones

samedi 13 décembre 2014

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]

La naissance de l’énième vague de contestation remonte à il y a peu (fin octobre). Cette fois, celle qui a été touchée par la rage de la société civile a été la Hongrie, dirigée par le conservateur Orban, dont le gouvernement a été le protagoniste de politiques réactionnaires et xénophobe dans son propre pays. Ce qui a exaspéré des dizaines de milliers de personnes a été le choix des autorités d’augmenter les prix de la navigation sur internet.


Ce sur quoi nous voulons réfléchir principalement, ce ne sont pas les raisons de cette contestation, mais une des pratiques utilisées par les manifestants. Sur les photos représentant la foule dans les rues de Budapest, on pouvait remarquer l’émergence d’une nouvelle forme de contestation : allumer simultanément de milliers de smartphones et téléphones portables comme acte symbolique contre la mesure du gouvernement. Voilà donc l’énième évolution de la contestation 2.0 !
Mais il y a un aspect vraiment intéressant dans tout cela : ces manifestations prennent la forme d’une « lutte » pour demander plus d’aliénation plutôt que pour viser une libération de la domination technologique, qui révèle ici une fois de plus son visage totalisant, annihilant tout désir humain qui n’entend pas se soumettre à la dictature du virtuel. Les opposants à cette nouvelle mesure du gouvernement hongrois sont visiblement parmi ces sujets prêts à livrer bataille seulement pour justifier et renforcer tout le mécanisme de domination techno-industrielle – producteur de misère, de dévastation, de domestication du vivant – et non pas pour le critiquer et l’attaquer.

Désormais, beaucoup de mobilisations de masse sont caractérisées par l’intention de la part de leurs participants de les créer et/ou de les diffuser par les moyens mis à disposition par le progrès technologique. Le rôle des médias traditionnels contribue à tout cela, ceux-ci ayant par exemple vendu les « printemps arabes » comme des révolutions « des réseaux sociaux », gonflant le rôle de ceux-ci dans la diffusion et la propagation des révoltes, les présentant comme créées et favorisées par l’interaction de milliers de personnes sur des places virtuelles. À la grande foule des activistes hi-tech se sont aujourd’hui ajoutés les manifestants hongrois, qui protestent armés de leurs prothèses technologiques. La navigation sur internet endosse donc les caractéristiques d’un besoin primaire, tout comme la présence d’une personne parmi les inscrits sur Facebook ou Twitter, facteur incontournable et indispensable pour sa propre existence. C’est le triomphe d’une nouvelle forme d’activisme : spectaculaire et superficiel, toujours prêt à immortaliser avec son téléphone ou sa caméra des moments d’affrontement dans la rue, à saisir le moment où la pierre est lancée contre le flic et à filmer l’énième abus des keufs ; par contre maintenant elle est en première ligne pour contester une mesure qui limite l’accès à internet, montrant au puissant de service sa « dangerosité » par l’exhibition de son dernier bibelot hi-tech. Il n’y a rien d’attrayant dans cette mise en scène. Au contraire, elle est l’énième preuve du fait que la contestation prend de plus en plus souvent des caractéristiques clownesques et caricaturales, tronquée de sa charge spontanée et potentiellement destructrice, canalisée dans des formes tapageuses et éphémères.

Le lien entre la guerre contre l’existant et les dispositifs technologiques ne produit des effets positifs que pour le pouvoir, sûrement pas pour ceux qui se révoltent. Quelles sont les origines des caméras de vidéosurveillance, industries, bio et nanotechnologies, ordinateurs, portables, GPS et tant d’autres diableries ? Quels intérêts servent-elles, quelles dynamiques sont-elles par leur nature destinées à reproduire et avec quels effets ? Nous sommes de ceux qui n’échangeraient pas la moindre émotion et spontanéité contre plus de technologie, qui n’implique en réalité qu’aliénation et contrôle. Il n’y a pas une bonne et une mauvaise technologie, mais des instruments nés dans un cadre et des circonstances déterminés et qui répondent à une mentalité militariste, exploiteuse, anthropocentrique.
C’est donc aux ennemis de la technologie (et de ses fidèles adeptes) de démasquer sa vraie nature et d’en finir avec cet ordre nécrophile.

Quelques ennemis du techno-monde

tract distribué à Padoue, 1/12/2014
malacoda@distruzione.org

[Traduit de l’italien par nos soins de Finimondo.]