Non Fides - Base de données anarchistes

« O gentilshommes, la vie est courte, si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. »

Accueil > Articles > Repression et oppression > Répression à l’italienne : La méthode Udinaise

Répression à l’italienne : La méthode Udinaise

mardi 8 janvier 2019

Les personnes qui ont des signalements chez les flics ou des vigiles finissent par se retrouver noms, prénoms, photos et même leurs adresses systématiquement publiées sur Internet par l’attaché de presse de la municipalité (officiellement un journaliste), mis en poste par le maire facho-légiste [de la Ligue du Nord, ndt.] Fontanini en place depuis mai. Celui-ci en effet, proche des fachos et des nazis locaux, a déjà publié à quatre reprises, depuis fin novembre, les données personnelles d’activistes et de militant.es, tant sur son profil facebook que sur son blog, il est connu, entre autres choses, comme fabricant et diffuseur de fake news [à travers le blog « Il Perbenista », ndt.].

Depuis un mois à Udine, la répression prend de nouvelles formes, de manière à constituer, à notre connaissance et au moins au niveau local, un précédent inédit.

Ainsi, différent.es compagnon.es se sont retrouvé.es exposés dans les réseaux d’extrême droite de la ville dans un objectif clair d’intimidation. L‘attitude infâme et lâche de ces pennivendoli [1] n’est certainement pas une nouveauté, ni leur contribution fondamentale à la criminalisation des mouvements, de leurs organes et de luttes entières. Cependant, le fait que les données en possession des flics ou de quelques bureaux municipaux soient catapultés dans les 12 heures sur le net par un personnage tel que celui-ci laisse imaginer l’instauration d’un nouveau mode opératoire à vocation répressive.

Il est clair que dans une ville où la nouvelle junte ne perd pas de temps pour se conformer à l’air qui se profile un peu partout et donne lieu à une série de mesures à vocation sécuritaire – couvre-feu visant des activités gérées par des migrants, patrouilles de groupes de vigiles privés financés par la municipalité,
proposition de doter la police municipale de matraques et de tasers, expérimentation de caméras de reconnaissance biométrique dans la zone de la gare – cette dernière nouvelle n’a au final rien de particulièrement scandaleux pour menacer et isoler toute tentative de dissidence. Ce ne sont pas les vieux flics et les nouveaux esclaves qui s’en préoccuperons.

Des anarchistes.

[Traduit de l’italien d’Anarhija.info par Cracher dans la soupe.]


[1« Ecrivains-vendus ». Personne qui se met au service de qui lui procurera le plus d’avantages économiques et autres.