forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Sur l’Anarchisme > Santiago, Chili : Réouverture de la Bibliothèque Sacco et Vanzetti

Santiago, Chili : Réouverture de la Bibliothèque Sacco et Vanzetti

jeudi 15 août 2013

Toutes les versions de cet article : [ελληνικά] [English] [Español] [français] [italiano]

Avec la ferme détermination de nos actes
Avec nos convictions intactes


Il y a trois ans de ça, le Pouvoir a frappé avec son bras légal certain-e-s compagnon-ne-s antiautoritaires, cherchant à donner des leçons répressives à un milieu anarchiste diffus.
Cette croisade appelée "Opération Salamandre" entrait dans le cadre de l’enquête du médiatique Caso Bombas, qui avait pour but d’identifier et d’arrêter les auteurs d’attaques explosives contre des symboles du pouvoir.
Le 14 août 2010, plusieurs domiciles personnels et centres sociaux occupés sont perquisitionnés. Ce matin-là, 14 personnes sont arrêtées au milieu d’un fastueux déploiement policier préparé spécialement pour la presse. Les couteaux étaient aiguisés et brillaient devant les caméras.
Les personnes arrêté-e-s ont été présenté-e-s comme les responsables directs des attaques explosives et désigné-e-s comme membres d’une association illicite terroriste, avec des postes et des rôles déterminés.
La police, avec le porte-voix et la complicité des entreprises de la communication, s’efforça durant des années de montrer les occupations comme des points regroupant les auteurs inconnu-e-s des attaques à la bombe. La thèse de l’enquête décréta dès le début que les occupations étaient responsables des attaques à l’explosif, en accusant même certaines d’être de "simples façades de bibliothèques" dans une tentative maladroite de piétiner le travail que certains espaces occupés développaient depuis déjà plusieurs années.
Ce matin-là, certain-e-s parmi nous furent arrêté-e-s, d’autres subirent aussi la répression et il y en eut d’autres encore qui durent affronter la clandestinité. Notre collectif et nos projets de diffusion d’idées et de pratiques antiautoritaires ont été attaqués.
Notre espace, le centre social occupé et bibliothèque Sacco et Vanzetti fut fermé et une partie de notre bibliothèque fut saisie par la police et pillée par diverses mains.
Après neuf mois de prison, les compagnon-ne-s réussirent à sortir de prison et furent acquitté-e-s pour toutes les charges après six mois de procès.
Ce mois d’août 2010, les puissants ont ri et l’écho de ce rire tenta à s’imposer. Ce mois d’août fut le point culminant d’une grossière campagne médiatique/policière qui cherchait à nous isoler, à nous arrêter, mais même plus important, elle visait notre défaite, qui aurait servi à son tour à propager un sentiment d’échec et de reddition face au Pouvoir.
Pour nous, nous ne sommes pas la lamentation de ce que nous pouvons avoir été, nous ne sommes pas le récit nostalgique d’un temps passé et meilleur, nous sommes la force vive contre toute forme de domination.
Nous faisons partie d’une lutte historique contre le Pouvoir et sommes toujours décidé-e-s à ce que notre histoire s’écrive par nos gestes de lutte et non par les mauvaises blagues répressives cherchant à nous effrayer. Notre vie se définit par nos convictions et engagements, pas par les coups que nous pouvons recevoir.
Ce 14 août, nous écrivons un nouveau paragraphe dans le livre de notre engagement de lutte, notre encre est toujours noire et tient notre moral bien haut, parce qu’elle ne nie jamais ni ses idées, ni ses liens, ni ses engagements.
En ce mois d’août, nous allons ouvrir de nouveau les portes d’un nouvel espace, cette fois un local loué, bien décidés à ce que la force se trouve dans les projets et non dans les maisons qui peuvent les abriter. Ainsi nous donnons vie à nos convictions avec le même esprit de toujours, celui de provoquer des échanges et la collectivisation de livres, expériences et connaissances antiautoritaires.
La bibliothèque antiautoritaire Sacco et Vanzetti fonctionne déjà de nouveau et a seulement besoin de l’engagement solidaire et de l’intérêt des compagnon-ne-s, comprenant que les livres ne sont pas un fétiche et que leur apport permet qu’ils soient lus et qu’ils nourrissent la perspective de lutte de chaque compagnon-ne.
Nous appelons à soutenir les initiatives antiautoritaires, à se solidariser avec les bibliothèques en affinité et encourageons au don de matériel écrit ou de n’importe quel autre matériel pouvant apporter au développement et à la diffusion des idées qui refusent la pratique de toute autorité.
Pour nos mort-e-s, nos prisonnier-e-s et poursuivi-e-s, notre lutte va aussi pour vous.

Nous continuons avec le poing levé.

Bibliothèque Antiautoritaire Sacco et Vanzetti
Août 2013

[Traduit de l’espagnol par nos soins, du site internet de la bibliothèque.]