Non Fides - Base de données anarchistes

Accueil > Articles > Repression et oppression > Un point technique sur les grenades de désencerclement

Un point technique sur les grenades de désencerclement

dimanche 2 novembre 2014

Courtes explications à l’usage des journalistes incompétents [sic], et de tou-te-s celles et ceux qui veulent en savoir plus sur les armes de la police, comprendre comment est mort Rémi.


Qu’est ce qu’une grenade « offensive » ?

Les flics font usage de deux types de grenades explosives lors du maintien de l’ordre, souvent confondues par les manifestant-e-s :

les grenade dites de « désencerclement », officiellement Dispositif Balistique de Désencerclement. Elles projettent 18 projectiles en caoutchouc sur plusieurs mètres de diamètre en explosant et peuvent également projeter des débris en fer.

Les grenades dites « assourdissantes », ou « offensives » dans les médias. Plus puissantes que les premières, elles provoquent un effet de souffle, un effet sonore très intense, mais ne sont pas conçues pour envoyer des projectiles. Elles dégagent également un peu de lacrymogène concentré. Il n’est néanmoins pas rare qu’elles projettent des éclats de plastique, de fer, ou même qu’elle détachent des morceaux de sol en explosant. Techniquement cette grenade s’appelle GLI F4. Il s’agit, selon les informations qui nous parviennent, de ce type de grenade qui a tué Rémi.

Ces grenades sont toutes deux conçues par le fabriquant français LACROIX-ALSETEX

Elles peuvent être lancées à la main ou par des lanceurs (deux modèles de lanceurs existent, le Chouka ou le Cougar) qui peuvent projeter des munitions à 50, 100 ou 200 mètres.

Bien que cela soit interdit, il n’est pas rare qu’une grenade soit envoyée en tir tendu à hauteur d’homme. C’est probablement ce qui est arrivé à Rémi, pour qu’il soit atteint dans le haut du dos. On laisse à chacun imaginer les dommages gravissimes provoqués d’une part par le choc d’un projectile lancé par un de ces lanceurs ajouté à l’explosion de la grenade quand elle atteint un corps humain.

Pour plus de précisions techniques :
http://zad.nadir.org/IMG/pdf/ARMEMENTSPOLICE_A3.pdf

Concrètement, qu’est-ce que font ces grenades « offensives » (GLI F4) en explosant ?

Voici l’explosion d’une grenade GLI F4 lancée sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, filmée de très très près : https://www.youtube.com/watch?v=-iT6lmtxq1w#t=6m30s

Les flics et leur hiérarchie ont allègrement menti dans les médias en affirmant n’avoir lancé « qu’une seule grenade » lors des évènements du Testet. Une vidéo du groupe GROIX durant 29’’ et intitulée « Terreur (d’État) au Testet » montre le contexte, l’ambiance de la manifestation du 25 octobre suite à laquelle Rémi a perdu la vie. On peut y repérer distinctement et à plusieurs reprises des explosions de grenades, leur son, leur souffle, leurs effets.

La voici (cliquer sur le lien) :

https://www.youtube.com/watch?v=9n4BWYNcFrk

Analyse :

D’abord on note que la manif est assez calme, les affrontements sont quasi-inexistants, éventuellement de très basse intensité à la toute fin de la vidéo. Pour cause, les opposant-e-s, en retrait, situés à plusieurs dizaines de mètres des forces de l’Ordre (gendarmes et CRS), reçoivent de nombreuses salves de grenades en tout genre tout au long du face à face.

- Au début de la vidéo, les différents envois de lacrymogènes provoquent des débuts d’incendies dans l’herbe qui reste.

- À 12’40’’, on repère une explosion de grenade GLI F4, probablement envoyée par un lanceur. Une deuxième explosion est clairement visible à 12’56’’. À 14’35’’ une personne est blessée par une de ces mêmes grenades envoyée dans un groupe d’opposant-e-s, et doit être évacuée par plusieurs manifestants.
https://www.youtube.com/watch?v=9n4BWYNcFrk#t=14m35

- À 16’05’’, un opposant que l’on peut qualifier de « pacifique » prévient les gendarmes : « vous allez faire deux ou trois morts ». Quelques heures plus tard, Rémi mourait.

- À 20’18’’ la même énorme détonation et la fumée sombre caractéristique de ces grenades. On voit que le souffle porte sur un périmètre de plusieurs mètres.
https://www.youtube.com/watch?v=9n4BWYNcFrk#t=20m18s

- À 25’14’’ et 25’23’’, deux explosions de grenades coup sur coup, visant la même petite grappe d’opposants isolés.
https://www.youtube.com/watch?v=9n4BWYNcFrk#t=25m14s

- À 27’02’’ au centre du terre-plein, on peut voir et entendre de façon très précise la déflagration de cette arme qui résonne dans toute la vallée.
https://www.youtube.com/watch?v=9n4BWYNcFrk#t=27m02s

Ces exemples (au moins huit formellement identifiés en quelques minutes) illustrent la puissance des explosions de ces armes policières et la portée que peuvent avoir ces grenades propulsées par les lanceurs. Rémi en a peut-être reçue une en tir tendu…

Chacun peut constater en voyant de telles déflagration, que de telles armes peuvent tuer. Des « professionnels du maintien de l’ordre » le savent pertinemment.

[…]

Maintenant que vous savez, partagez, expliquez autour de vous. … Et surtout, protégez vous face aux armes de la police.

[Source : Indymedia Nantes.]