nouscontacter Acceuilnouscontacter journaux brochures Section Audio articles forum

Base de données anarchistes internationale et multilingue (depuis 2007)
In English In Italiano Im Deutschen En Español العربية По-русски Ελληνικά 日本語で。 Srpskohrvastski In het Nederlands
Em português Suomi Turkce Bahasa Indonesia Cestina Polski Català
Burn all flags !
  • La Guerre

    Par Louise Ackermann (1871) 23 juillet 2020

    Du moins, te poursuivant jusqu’en pleine victoire,
    À travers tes lauriers, dans les bras de l’Histoire
    Qui, séduite, pourrait t’absoudre et te sacrer,
    O Guerre, Guerre impie, assassin qu’on encense,
    Je resterai, navrée et dans mon impuissance,
    Bouche pour te maudire et cœur pour t’exécrer.

  • Le gamin qui cueillait les Cèpes

    Par Octave Mirbeau (1921) 10 juillet 2020

    Vous connaissez Porcellet, Guillaume-Adolphe Porcellet, le député millionnaire et socialiste ?… Petit, trapu, la barbe très noire, le geste violent, c’est un homme redoutable et qui fait trembler les bourgeois. Je me souviens d’un grand dîner qu’il donna, l’année dernière, en son hôtel de l’avenue Hoche, pour fêter je ne sais quelle grève. Table resplendissante d’argenteries anciennes et fleuries de fleurs rares. On se serait cru chez un grand seigneur d’autrefois, n’eussent été l’allure vulgaire et les (…)

  • Paris : « Aux enfermés du confinement », réunion publique

    Présentation du site et perspectives 26 juin 2020

    Une base de données sur la gestion de la pandémie au niveau international est née au mois de mars dernier sous la forme de ce site dédié Aux enfermés du confinement, sur lequel on trouve des brèves quotidiennes ainsi que des textes d’analyses écrits pendant ce travail ou trouvés ici ou là. Après plus de mille brèves et trois mois d’existence, une fréquentation désormais régulière et conséquente, ses participants actuels proposent de présenter où en est ce projet et de discuter des perspectives qu’il peut (…)

  • L’effort humain

    Par Jacques Prévert (1946) 24 juin 2020

    et il forge sans cesse la chaîne
    la terrifiante chaîne où tout s’enchaîne
    la misère le profit le travail la tuerie
    la tristesse le malheur l’insomnie et l’ennui
    la terrifiante chaîne d’or
    de charbon de fer et d’acier
    de mâchefer et de poussière

  • Feuilles Antarctiques n°5 - Spécial Encampement

    24 juin 2020

    Chaque lundi de la semaine à partir du 18 mai 2020, Les Fleurs Arctiques proposent par écrit un moment de réflexion sur un sujet que nous avons choisi. Cela prend la forme d’un petit texte que nous avons écrit pour l’occasion et de nombreux conseils de lectures, de films, d’émissions radios et autres formats autour d’un thème commun. Les thèmes seront parfois en résonance avec l’actualité de l’épidémie et de sa gestion mais ce sera aussi l’occasion d’approfondir des questions moins actuelles qu’il serait bien dommage de laisser de côté. La cinquième de ces « Feuilles Antarctiques » aborde la question de l’encampement comme mode de gestion et d’enfermement des populations.

  • Feuilles Antarctiques n°4 - Spécial Emeutes

    24 juin 2020

    Chaque lundi de la semaine à partir du 18 mai 2020, Les Fleurs Arctiques proposent par écrit un moment de réflexion sur un sujet que nous avons choisi. Cela prend la forme d’un petit texte que nous avons écrit pour l’occasion et de nombreux conseils de lectures, de films, d’émissions radios et autres formats autour d’un thème commun. Les thèmes seront parfois en résonance avec l’actualité de l’épidémie et de sa gestion mais ce sera aussi l’occasion d’approfondir des questions moins actuelles qu’il serait bien dommage de laisser de côté. La quatrième de ces « Feuilles Antarctiques » aborde le thème de l’émeute et propose différents textes écrits pendant ou autour de différentes phases émeutières récentes ou plus anciennes.

  • « je ne savais pas qu’un procès pouvait durer aussi longtemps »

    24 juin 2020

    Ce mercredi 17 juin, pour la première fois depuis l’ouverture du procès de l’Elbchaussee à Hambourg, notre ami Loïc a pu s’exprimer au tribunal. Sa déclaration a duré environ une heure. L’événement était d’autant plus attendu qu’il marquait également la réouverture de ce procès au public après 18 mois de huis clos. L’heure n’était pourtant pas, hier, aux grands rassemblements. Crise sanitaire oblige, seules 15 personnes ont en effet été autorisées à s’asseoir sur les bancs de la salle d’audience. Les autres sont restées à l’extérieur et c’est avec des masques de protection que la déclaration a été lue et entendue. En voici la retranscription complète.

  • Solidarité avec les révoltés de la prison d’Uzerche !

    13 juin 2020

    A Tulle, ce 11 juin, a eu lieu le procès contre 8 personnes inculpées pour avoir participé à la révolte de la prison d’Uzerche, le 22 mars 2020. Une bonne partie de la taule avait été détruite et incendiée.

  • Affaire « machine à expulser » : dernier acte !

    Vendredi 12 juin à 9h à la chambre 4/11 de la cour d’appel du tribunal de Paris (métro Cité) 8 juin 2020

    Vendredi 12 juin à 9h se tiendra à la chambre 4/11 de la cour d’appel du tribunal de Paris (métro Cité) le dernier appel des deux procès sur lesquels a fini par aboutir la mascarade policiaro-judiciaire qui avait pour but de mettre un coup d’arrêt aux luttes et aux sabotages contre la machine à expulser qui avaient eu lieu depuis l’incendie de la plus grande prison pour étranger d’Europe : Le CRA de Vincennes, entièrement réduit en cendres en 2008. C’est à la solidarité avec les sans-papiers en lutte et les prisonniers en révolte que la justice cherche à mettre un coup d’arrêt avec ce dossier à la fois gigantesque et mal bricolé depuis 2010.

  • Survivre

    7 juin 2020

    La vraie vie est ailleurs… Mais où ? Où donc ? Ici ! Puisque c’est du présent dont nous sommes en permanence séparés… « Nous ne sommes pas au monde », écrit Rimbaud, juste après « la vraie vie est absente », esquissant d’un coup la tension entre l’utopie et ce présent où « nous ne sommes pas au monde ». Si nous ne sommes pas au monde, alors c’est à l’être, ici et maintenant, que nous cherchons ; et ce serait alors cela que pratique toute tension révolutionnaire qui ne sépare pas le désir de « changer la vie » (…)

  • Anti-psychiatrie

    7 juin 2020

    Cependant, la critique du regard générique de la psychiatrie sur la souffrance s’accompagne également d’un refus de ce qui serait une absence de soin par égard pour une « libre souffrance de l’individu ». C’est au contraire la question d’un soin recherché en permanence par écoute, tentatives, essais, qui est mise en place à La Borde. Il s’agit en quelque sorte d’inventer un regard et des modalités de relations – malléables – entre soignants et soignés qui soient toujours ouverts, jamais définitifs, à la situation particulière.

  • « Je ne peux pas respirer »

    7 juin 2020

    Et de même, last but not least, cette magnifique rébellion a pour mérite de remettre à leur juste place, les poubelles de l’histoire, les philosophes politiquement corrects qui, confondant les gouvernements et les peuples, nous assurent que le Nord serait intrinsèquement raciste, impérialiste et oppresseur tandis que le Sud serait, par nature, « décolonial », épistémologiquement alternatif, interculturel, etc.

  • Regard oblique

    6 juin 2020

    La désinformation journalistique décomposée et sur le mode de l’urgence, devient la narratrice unidirectionnelle d’une situation complexe dans laquelle nous sommes immergées depuis un mois. Trouver une unique lentille d’observation et d’analyse pour l’affronter est improbable. Plusieurs plans, perspectives et dynamiques se mélangent et s’entremêlent, mettant en jeu différents intérêts et protagonistes de processus déjà en cours.

  • Paris : Les amendes n’empêcheront pas la solidarité !

    6 juin 2020

    À propos des interpellations du 21 mai à la manifestation des soignants devant l’hôpital Robert Debré, et des verbalisations très abusives du 23 mai distribuées aux proches qui attendaient, en solidarité aux interpellés, devant le tribunal, pour leur libération. Pendant la manifestation du 21 mai, organisée en soutien aux soignants et aux soignantes en lutte de l’hôpital Robert Debré, trois personnes se sont faites arrêter. Deux suite au fait qu’un journaliste indépendant d’extrême-droite antisémite, Jimmy Léopold, a été pris à partie (mais malheureusement pas viré) pendant la manifestation. La troisième pour avoir scandé « police partout, justice nulle part ».

  • Opération répressive dans la Drome

    6 juin 2020

    Le 29 avril, une opération de flics a eu lieu dans un appart et dans un lieu collectif dans la Drome. Les flics sont venus avec une commission rogatoire émise par la juge d’instruction Celine Lavigne de la magistrature de Grenoble. Elle sert à une enquête qui concerne la Drome, l’Ardèche et l’Isère à propos de la destruction d’un bien matériel survenue à Crest dans la nuit du 11 au 12 avril 2020. Les flics précisent plus tard que c’est l’incendie d’un mac donald.

  • L’Echappée - Journal anticarcéral de Toulouse

    Jamais leurs barreaux n’arrêteront notre rage ! 6 juin 2020

    Jamais leurs barreaux n’arrêteront notre rage ! Toulouse mars 2020. Télécharger le n°1 au format PDF. A imprimer et distribuer à ta guise !
    Salut ! Ce que tu tiens dans tes mains c’est un ptit journal contre toutes les prisons.
    On a envie de parler de la taule et de s’y attaquer. Parce qu’elle protège et contribue à tout ce qu’on trouve de plus dégueulasse dans ce monde : le règne de la thune, du pouvoir, de la norme. Et si t’as rien de tout ça ou si tu es à la marge, tu te fais écraser la gueule. On (…)

  • Nantes : Conteste ton amende

    6 juin 2020

    On a eu 150 euros d’aide par la CAF. On a eu 135 euros d’amendes pour non-respect du confinement. La bonne blague ! Merci du coup d’pouce !

  • Ces gadgets qui deviennent dispositifs de contrôle…

    A propos de ces gadgets apparemment anodins recyclés en dispositifs de contrôle des personnes et de leurs comportements en période de pandémie. 23 mai 2020

    Ainsi, l’idée de génie qui peut permettre la fortune de l’entreprise qui les développe n’est pas tant l’idée d’origine, qui tient souvent de la bizarrerie de concours Lépine, que la faculté de l’adapter à la crise sanitaire en cours. En général cette adaptation passe par une tout petite modification qui consiste bien souvent dans l’ajout d’un lien avec un dispositif de contrôle. Il en est ainsi du bracelet pour enfants : les contacts seront désormais traçables en cas de détection d’infection, ou du bracelet « Ogino » : il prévient les autorités compétentes qui peuvent intervenir très rapidement pour des mises en quarantaine.

  • Grèce : « Derrière les masques, la colère prend force »

    Actions coordonnées en solidarité avec les prisonniers, les migrants, les patients enfermés dans les hôpitaux psychiatriques et les maisons de retraite… tags et traductions 23 mai 2020

    Des actions coordonnées ont eu lieu dans plusieurs villes. Autour de Thessalonique, des tags et affiches sur des hôpitaux, des cliniques, des pharmacies et des magasins de matériel médical, autour d’Athènes et du Pirée, contre le contrôle et l’état d’urgence sanitaire et en solidarité avec les prisonniers, les migrants, les patients enfermés dans les hôpitaux psychiatriques et les maisons de retraite. Le texte qui les recense est à lire ici.
    Voici les photos de tags autour d’Athènes et du Pirée qui ont (…)

  • Fleurs Arctiques : Réouverture de la bibliothèque et parution des premières Feuilles Antarctiques autour du SNU

    Dans la période qui vient… 23 mai 2020

    Après plus de deux mois de confinement, la lutte contre l’Etat et le virus se poursuit et partout dans le monde des révoltes éclosent, contre la gestion de la pandémie, qui exacerbent les conflits déjà présents sans le virus. Les prisons et les centres de rétention se mutinent, les travailleurs refusent le travail, les pauvres s’émeutent…

  • Pandémie, autorité et liberté

    Une page régulièrement mise à jour sur la situation actuelle 20 mai 2020

    Voici quelques remarques préalables à la publication et à la lecture de contenus sur notre site en temps de confinement et de pandémie, ainsi qu’une liste mise à jour des articles publiés.

  • Milan (Italie) : Une critique anti-autoritaire des « brigades populaires »

    14 mai 2020

    Nous avons décidé de traduire ce texte à propos des Brigades Populaires de Milan qui se sont créées au début du confinement Covid-19, en Italie. Un peu partout en France, des Brigades sont nées en répondant à l’ « appel de Milan », comme un « vu en Italie », reprenant l’appellation, le logo et avec une volonté visible de s’afficher comme un groupe structuré et homogène. Si on peut se demander d’où vient cette nécessité de se montrer (mais aux yeux de qui ?) comme tel, en dépit des différences de contextes (…)

  • Du confinement à l’enfermement administratif

    Quelques notes à propos de la quarantaine comme mode de gestion de la pandémie 10 mai 2020

    Il s’agit ici de mieux comprendre le statut de la quarantaine telle qu’elle est proposée pour l’après-confinement en France, en lien avec les politiques visant à maintenir à l’écart une partie de la population, qui se pratiquent en ce moment sous des formes diverses à peu près partout dans le monde. Si on y tente un rapprochement raisonné entre la quarantaine et une forme d’enfermement administratif, ce n’est pas pour opérer une comparaison vaseuses entre le sort actuel et futur des infectés depuis le (…)

  • Contre la politique

    Par Georges Herzig (10 novembre 1900) 10 mai 2020

    Si les travailleurs voulaient y réfléchir un tant soit peu ils s’apercevraient bien vite que la participation à la vie politique, l’usage des droits électoraux que la bourgeoisie a bien voulu lui octroyer, dans son intérêt et pour diminuer les causes du mécontentement public, n’ont changé en rien ni la position historique du prolétariat vis-à-vis des autres classes, ni sa situation économique, restée inférieure, bien que, depuis cinquante-quatre ans de suffrage universel le sort des ouvriers ait défrayé la prose électorale de tous les partis politiques.

  • Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

    10 mai 2020

    Ce texte est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.

  • Grève des loyers partout dans l’Ouest !

    3 mai 2020

    Alors que le 1er mai arrive et qu’un grand nombre de travailleurs se retrouvent encore plus dans la merde organisons-nous pour ne plus payer nos loyers, étendons la grève des loyers ! Tract et affiche à distribuer et coller partout dans l’Ouest !

  • Appel au soutien financier pour Tameio

    Fond de solidarité pour les combattant/es emprisonnés et persécutés en Grèce 3 mai 2020

    L’objectif principal du Fond de solidarité est d’assurer une vie décente aux camarades emprisonnes avec un processus solidaire, qui fournit de soutien outre la famille proche, les amis et les camarades, ainsi qu’une souscription à la couverture immédiate des urgences (frais de justice et garanties des persécutées). Parmi les priorités des personnes qui font part du Fond, reste les mouvements de solidarité tangibles, la construction « des ponts » de communication entre ceux a l’intérieur et a l’extérieur du carcéral et la croissance des combats sociales à l’intérieur et à l’extérieur des murs.

  • A propos des confineries de « demesure »

    Chroniques de la Grande Guerre des Déconfineurs contre les Confineurs : on a décidé d’en rire… 3 mai 2020

    Le blog « demesure » (sous-titré « Brèves du Grand Confinement. Sortir pour saisir l’occasion et inversement ») a donc été créé pour stipendier « les confineurs » et autres « agents du confinement »[1], qui sont apparemment bien pires que l’État, le capitalisme, les prisons et les frontières, et vanter la gloire des « déconfineurs » et de leurs complices (parmi lesquels des fafs ou conspirationnistes de toutes sortes qui détruisent des radars pour rouler plus vite avec leurs bagnoles de merde ou qui croient que le virus se diffuse par la 5G et « se déconfinent » pour utiliser des moyens bien plus importants pour « demesure » que leurs fins).

  • Dénégation et radicalité  : une hypothèse

    Ou quand le Chat Botté réduit l’ogre en souris… 29 avril 2020

    La pandémie de Covid-19 qui est en train de se répandre sur la planète ne fait pas exception  : elle a aussi ses réducteurs. Pourtant il y a bien des choses à redire, à contester, à attaquer face à ce qui se passe, ne serait-ce que l’État et le capitalisme qui gèrent la situation au mieux, c’est-à-dire contre nous - c’est-à-dire pour notre exploitation et contre notre liberté. Mais, immanquablement, se fait entendre la petite chanson du scepticisme qui se trompe de doute  : ce virus est une «  grippette  », et quiconque le craint m’obligerait à regarder en face que ce n’est pas le cas et fait donc le jeu de l’ennemi.

  • GendNotes ou le discret retour du fichage homosexuel en France

    29 avril 2020

    Le 20 février 2020 est bien discrètement entré en application un décret, adopté par le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui a tout pour susciter de grandes interrogations.

  • Esquisses pour une critique du confinement

    29 avril 2020

    Le fil sur lequel se tient l’entièreté de ce texte, c’est le confinement, comme réalité vécue et comme outil de pouvoir. L’enjeu, l’ambition, n’est absolument pas de produire une réflexion sur la situation dans son ensemble - ce dont nous aurions été bien incapables, et encore moins dans un format comme celui-ci. « Variations sur le le confinement » aurait pu constituer un autre titre.

  • A tous les enfermés dans le confinement…

    21 avril 2020

    En ces temps où l’inquiétude se généralise, sous la forme insaisissable de cette pandémie gérée en désordre par un Etat qui cherche à nous exploiter autant qu’il peut jusqu’au-delà du raisonnable,

  • Covid-19 : Passage en revue des transformations rapides d’une justice qui se prétend « au ralenti »

    21 avril 2020

    La justice française est « au ralenti » depuis le début de la pandémie et des mesures d’état d’urgence sanitaire prises à son égard, nous répète la presse nationale… Alors examinons ce que ce « ralentissement » signifie pour ceux et celles qui nous intéressent, c’est-à-dire que la justice arrête, condamne et emprisonne.

  • La situation ne saurait être plus triste

    Par Luigi Bertoni (octobre 1914) 21 avril 2020

    La situation ne saurait être plus triste et il ne servirait à rien de se le dissimuler. La guerre, en déchaînant les pires instincts de la bête humaine, refoule brutalement toute noble préoccupation, tout idéal élevé. Les foules aveuglées sont entraînées à prendre parti et ne voient plus l’ennemi, là où il est réellement, dans la classe qui exploite leur travail, mais croient le voir dans toute la population, sans distinction, d’un autre pays à la langue différente. Les esclaves se solidarisent avec leurs (…)

  • Il n’y a pas de catastrophes naturelles

    21 avril 2020

    Des milliers et des milliers de morts et de disparus, des millions de gens qui ont presque tout perdu. Au moins pour l’instant. Des villes entières rasées. C’est comme si le Japon n’avait pas été frappé par un tremblement de terre, mais par des bombes atomiques. Comme si les maisons n’avaient pas été ravagées par un tsunami, mais par une guerre. Et en effet, c’est le cas. Mais les ennemis qui frappent aussi durement ne sont pas la terre ou la mer ; il ne s’agit pas d’instruments de vengeance d’une nature que nous nous sommes habitués à considérer comme hostile. L’ennemi, c’est nous. Nous sommes la guerre. L’humanité, c’est la guerre.


  • L’homme qui va bientôt mourir

    10 avril

    L’homme qui va bientôt mourir fixe de ses yeux sagaces ce ciel qui renferme tout, aussi bien des pierres en train de voler qu’un oiseau en train de tomber. Il aperçoit Dieu ployant sous le joug des étoiles. Mais Dieu ne peut plus le forcer à se tenir droit. Sa main a mis trop longtemps à atteindre ce front. Lorsqu’elle y est enfin parvenue, il était froid comme un poisson. L’homme qui va bientôt mourir demande au monde : que me donneras-tu si je reviens sur ma décision ? Il connaît bien la réponse : une rose, un réveille-matin ou bien une cocktail-party. S’il ne s’en contente pas, on le traitera d’ingrat.

  • Psychiatrie : « Avec le confinement, on revient à quelque chose d’asilaire »

    10 avril

    Comment se déroule le confinement pour des patients bien souvent déjà enfermés ? En psychiatrie, l’épidémie de Covid a réduit les espaces de liberté des malades et révèle crument les différences de pratiques selon les établissements.

  • Priso-corps

    10 avril

    Une prise au corps. Voilà ce que ça me fait. La peur d’abord. Une peur terrible, corporelle, comme un étau sur le cœur, de refiler ce truc à ma grand-mère avec qui je vis. De la contagier. De la tuer. Ce truc que je ne vois pas, que je ne comprends pas, qui est partout et nulle part. Comment vivre ensemble sans contact ? Je n’ai jamais eu les mains aussi propres mais le savon n’enlève pas la peur.

  • Conseils aux mouchards

    4 avril

    Tous les marloupiers qui, pour quelques pièces de cent sous, remuent la casserole et dégringolent dans la mouchardise devraient bien ruminer l’histoire suivante.

  • Contre toutes les prisons : Avec ou sans épidémie, liberté pour tous et toutes !

    1er avril

    Alors que les prisonnier-ere-s se révoltent, nous sommes confiné.e.s, sommé.e.s de déclarer chaque déplacement. Ecrire sur ce qu’il se passe à l’intérieur des taules et sortir pour tenter de l’afficher dans la rue, est une des possibilités pour exprimer notre solidarité avec les révolté.e.s et essayer de rompre avec notre propre isolement !

  • Appel à la grève des loyers

    1er avril

    La proposition d’une grève des loyers se propage depuis quelques jours, parallèlement au coronavirus, en réaction à la crise politique, économique et surtout sociale qu’il provoque, qui vient s’ajouter à ladite « crise sanitaire » qui dure depuis quelque temps.

  • Y a t’il une vie avant la mort ?

    1er avril

    On espère bien qu’il n’y aura pas de retour à la normale. L’avant Covid 19 ne faisait pas rêver, et ce que prépare le pouvoir pour l’« après » est glaçant : mobilisation pour le rétablissement de l’économie du pays à coups de restrictions budgétaires, « d’effort national » et de mise au travail forcé.

  • L’abject « Monologue du Virus »

    1er avril

    « Le monologue du virus », publié sur lundimatin a déjà beaucoup circulé. Ce texte nous invite à accueillir le coronavirus comme le Messie venant nous sortir de notre servitude volontaire et de notre apathie quotidienne. Mais dans ce monologue abject, il est oublié (ou dénié) que tout le monde n’a pas le luxe de se demander s’il faut concevoir le temps de la pandémie comme des vacances ou bien comme l’occasion de cultiver son jardin et l’art de se saluer.

  • Toulouse : On ne paie plus !

    1er avril

    La campagne internationale pour ne plus payer s’installe à Toulouse ! Tandis que nous galérons, l’Etat et les propriétaires continuent à s’enrichir sur nos fatigues. Quitte à être en temps de crise, autant qu’eux et elles aussi la payent ! Ne plus payer son loyer, non seulement parce que c’est désormais mathématiquement impossible, mais aussi parce qu’on peut se demander pourquoi payer pour avoir l’autorisation de se loger ?

  • Fermeture temporaire des Fleurs Arctiques et bribes de réflexions sur la situation en cours

    1er avril

    Quels vont être les dégâts sur nous les humains, nos psychismes, nos corps, notre désir de liberté, notre capacité à l’insurrection ? Les réflexions autour de ces questions, ne pourront venir que plus tard, elles seront pour sûr difficiles mais ne feront qu’accentuer l’espoir de la possibilité d’un dépassement de ce monde de merde.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 5340


26 visiteurs en ce moment