forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Contre l’école > Paris : « Parle-t-on à une tuile qui tombe du toit et va vous fracasser le (...)

Paris : « Parle-t-on à une tuile qui tombe du toit et va vous fracasser le crâne ? »

vendredi 11 mai 2018

Jusqu’à maintenant, le mouvement en cours s’est caractérisé par de nombreuses occupations, et même si depuis la rentrée leur nombre se trouve considérablement réduit, les mêmes travers se reproduisent.


Tout au long de l’année scolaire la fac, les profs, les parents définissent les conditions d’existence des étudiants. L’autorité se construit à l’école par la contrainte, à travers les notes, les absences, le travail à la maison, l’emploi du temps. La fac n’est pas la continuité de l’école, c’est l’école qui continue. Le contrôle et la sélection qu’exerce la fac sur les individus est le même que partout ailleurs. Par ce contrôle sur nos vies, l’école agit comme une prison. Cette loi développe des « réussis » et des « ratés ». La sélection renforce la logique d’un monde déjà divisé entre gagnants et perdants. Il faut sortir de cette logique afin de s’attaquer à ce qui la maintient, l’école. L’école forme dès le plus jeune âge les individus à obéir, à travailler.

Si c’était une prison qui était occupée on n’aurait pas idée de gérer des cellules alternatives. Une fois la fac occupée pourquoi devrions-nous la défendre plutôt que l’attaquer ? À quoi bon se dégager du temps et un lieu si c’est pour le gérer et reproduire les mêmes mécanismes ? Des règles de vie, des cours données par les mêmes profs dans le même lieu avec les mêmes méthodes aux mêmes élèves…

Du fait de l’organisation actuelle des blocages, au-delà de la gestion du lieu, on assiste à la reproduction de mécanismes démocratiques. Les occupations de facs sont forcément des pratiques minoritaires, à quoi bon rechercher une légitimité dont nous ne voulons pas, et qui nous est imposée par les instances qui gèrent nos vies ? Cette recherche de légitimité, notamment par la manie du vote, a un double but : négocier avec l’ennemi - l’administration, l’Etat, les anti-bloqueurs - pour permettre une récupération politique du mouvement en cours par des intérêts carriéristes et politiciens, et pacifier les conflits pour empêcher les actions spontanées et les nouvelles formes de luttes.

Le blocage est une possible nuisance au pouvoir établi, qu’il faut revendiquer, car c’est la prise d’un espace qui accueille habituellement un certain nombre de pratiques ritualisées imposée aux étudiants. Pourquoi ne pas profiter du lieu pour organiser des actions, des manifs sauvages, décider d’aller aider d’autres facs, ou encore aller mobiliser les lycéens qui pour l’instant sont restés en marge du mouvement ?

Il faut perturber l’ordre plutôt qu’en créer un nouveau.

[Tract distribué dans les blocages et manifs à Paris, mai 2018.]