Non Fides - Base de données anarchistes

« O gentilshommes, la vie est courte, si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. »

Accueil > Articles > Repression et oppression > Etats-Unis : Une semaine d’émeutes à Ferguson (Missouri)

Etats-Unis : Une semaine d’émeutes à Ferguson (Missouri)

samedi 23 août 2014

21/08/2014

Missouri, USA : Contre le retour à la paix sociale. Récit d’une semaine de révolte à Ferguson

Pendant une semaine à Ferguson

Ce qui a commencé comme un mouvement de protestation après 10 jours de mépris soutenu a fait quelques pas hésitants vers la révolte. La situation ici est encore fluide et mûre avec du potentiel. Localement, les gens sont surpris que des troubles similaires ne se soient pas déclenchés dans d’autres villes. Si elle venait à se propager, le périmètre ici s’élargirait probablement. Il est difficile de se faire une idée de la façon dont les gens en dehors de la région métropolitaine interprètent ce qui se passe ici. Ce qui suit sont quelques observations de résidents de St Louis et participants à la lutte qui pourrait donner une image plus claire de cette nouvelle réalité étrange.

Voitures, flingues et révolte en Amérique

West Florissant est la route principale qui traverse le comté de St-Louis et le nord de la ville. Une étendue d’un quart de mile de la route a été le lieu de rassemblement pour les manifestants. Juste à l’extérieur de ça, dans un parking de centre commercial, c’est la zone de transit commune pour la police (venant de la Ville, du comté, ainsi que des dizaines de petites communes), la Highway Patrol, et la garde nationale. La petite portion est le foyer de nombreux commerces pillés et brûlés (à des degrés divers) incluant la chaîne de magasins QT – qui est devenu un point de repère, de destination touristique, et un lieu de rassemblement pour les manifestants. Canfield Drive se croise avec cette zone de west florissant, une route qui mène aux subdivisions et complexe d’appartements où Mike Brown a été tué. La police craint de s’aventurer trop loin dans Canfield.

Les jours où la police permet au trafic de s’écouler, West Florissant devient encombré avec des véhicules, dont beaucoup sont blindées de passagers, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les activités courantes comprennent la musique à fond, les crissements de pneus, narguer la police avec des insultes (« fuck the police », « Fuck 12″), à tourner en rond et les prendre en course, juste freiner à la dernière minute. Les gens sautent de voiture en voiture de manière festive, flirtant, chantant, buvant et fumant. Lorsque les lignes de police ferment la rue à chaque extrémité du secteur, les voitures affluent dans les rues latérales pour faire pareilles. Et quand les manifestants deviennent assez chahuteurs, les gens vont avec leurs voitures jusqu’aux magasins, les remplissent de biens pillés, et s’échappent à nouveau dans les quartiers.

Un nombre important de manifestants sont armés. Dans les premiers jours, une tactique commune était de tirer des coups de feux en l’air pour effrayer les flics quand ils s’approchaient trop. Certains parlent ouvertement d’entrer en guerre avec la police et ne cachent pas le fait qu’ils en portent. Les derniers jours, des gens ont commencé à tirer sur la police. Malheureusement, les seules personnes touchées ont été jusqu’à présent une poignée de manifestants - certains d’entre eux avec des blessures potentiellement mortelles. Les gens commencent à plaider en faveur de plus de retenue avec les armes à feu et de mieux viser.

Les rebelles (et la police) n’ont aucune expérience dans une telle situation. Une révolte comme celle-ci n’a pas été vue en Amérique depuis les années 70. Les gens apprennent à fabriquer et à utiliser des cocktails Molotov, des barricades, des projectiles et faire des incendies, ainsi que quand et où il est logique d’attaquer. La coordination et la communication sont difficiles en dehors des moments d’émeutes. C’est peut-être parce qu’il n’y a pas d’endroit sûr et confortable pour se rassembler et échanger des idées. Le QT pourrait servir à cette fin, mais seulement aujourd’hui il a été entièrement clôturé. La deuxième nuit d’agitation a du impliquée une coordination exceptionnelle vu que des bandes ont brisé des magasins partout dans la région métropolitaine, remplissant leurs voitures avec toutes sortes de biens.

Répression, respectabilité, race, genre et écart générationnel

Les policiers sont pris dans une impasse et voient les limites de l’utilisation de la force. S’ils gardent leur distance avec les manifestants émeutiers, mais quand ils viennent en force ils poussent davantage de gens à venir dans les rues, ce qui conduit à plus d’émeutes. À ce stade, s’ils veulent écraser cela, ils n’ont qu’à condamner Darren Wilson (le policier qui a tiré Brown) d’assassinat. Mais les rouages ​​de la justice sont lents. En attendant, ils vont devoir travailler à diviser les manifestants. Dans leur désespoir, toutes les dichotomies déjà employées dans le passé sont utilisées – manifestant vs criminel, honnête vs opportuniste, résident vs étranger. Malheureusement, la police a une longue liste de complices prêts à faire le travail pour eux, la plupart d’entre eux sont pleinement conscients de ce qu’ils font. Du New Black Panther Party à la Nation of ‘Islam [1]. de HOT 104.1 à FOX News. De MORE à OBS. De Jesse Jackson à Al Sharpton [2]. De Nelly à Tef Poe (Po) [3]. De l’actuel maire de St Louis Slay au futur maire de St Louis français. Et la liste est longue.

Bien qu’elles peuvent réussir à la télévision, à la radio et sur les médias sociaux, ces grandes gueules n’ont pas eu autant de succès sur West Florissant (en dépit de leurs propres déclarations contraires), et cela doit leur faire une peur bleue. [...]

Il y a toujours plus de manifestants noirs que blancs sur West Florissant, mais il semble y avoir plus de diversité vu que la lutte continue. Dès le début des commentaires en direction des manifestants blancs tels que « Pourquoi êtes-vous ici ? » ont eu la réponse « mec, elle/il déteste la police aussi ! » Maintenant, la présence de manifestants blancs est même plus noté comme « merci d’être ici ». Quelques sinistres groupes libéraux et de gauche tentent de répandre des histoires absurdes que des petits groupes d’agitateurs blancs (ou même des infiltrés du KKK !) incitent les manifestants noirs à aller à l’attaque. Les hypothèses racistes sous-jacentes sur la nature exploitable de manifestants noirs, qui est logique si on se rend compte que c’est exactement la façon dont des groupes comme Nation of Islam et le New Black Panther Party les considèrent. En retrait dans le monde réel, les manifestants blancs commencent tout juste à rattraper un peu en férocité leurs camarades noirs, qui sont assez grands pour prendre des décisions eux-mêmes.

Les autorités ont engagé quelque chose en bon flic/mauvais flic en mettant Ron Johnson (un policier noir qui a grandi dans le comté du Nord) dans le commandement des opérations de police. Pendant la lumière du jour, lui et ses officiers enlèvent leur tenue anti-émeute et marchent aux côtés des manifestants. Cette astuce a marché sur les leaders de la contestation auto-proclamés qui travaillent ouvertement avec Johnson pour contrôler les foules.

Il existe d’innombrables appels de la Nation of Islam, le New Black Panther Party, et leurs semblables socialement conservateurs aux femmes à rentrer à la maison, pour les hommes noirs costauds à renforcer, et d’autres tentatives patriarcales qui divisent les manifestants. Lors des premiers jours, ces appels ont été accueillies avec une énorme résistance de la plupart des femmes noires. « Vas te faire foutre, retourne à l’église ». « Je suis ici depuis le premier jour ». « Ce sont nos enfants qui sont morts ». Le harcèlement constant semble avoir payé vue que moins de femmes sont dehors, surtout la nuit. Mais les femmes sont toujours à l’avant en narguant la police et se précipitant dans les magasins pour se servir.

Presque tous ceux qui cherchent à limiter les actions les plus conflictuelles et se déclarent dirigeants de la communauté ne sont pas plus de 40. Mis à part le fait d’arrêter physiquement des jeunes à agir, ils essaient de les ostraciser de la manifestation. Ces vieux sages peuvent se promener avec une aura d’autorité paternaliste, mais les jeunes ne sont pas dupes : « Je ne peux pas écouter ces vieilles têtes, qui disent ‘la même chose depuis des années » « Cette marche pacifique ne fonctionne pas, sans le pillage personne n’aurait porté attention à Mike Mike ». Pourtant, ils appellent en permanence pour les garçons à grandir et à être des hommes et les jeunes femmes à rentrer à la maison, parce que les rues ne sont pas sûres pour elles.

Paix et tranquillité

Il y a quelques indications comme quoi les groupes libéraux prennent leurs distances avec la ville de Ferguson. Ils commencent à organiser des rassemblements et la désobéissance civile à Clayton et dans le centre-ville de St Louis. Peut-être qu’ils renoncent à leur campagne visant à contrôler les éléments enragés. Peut-être qu’ils essayent de mettre un visage médiatique plus pacifique sur le mouvement. Peut-être qu’ils essayent de nouvelles stratégies pour obtenir justice. Seul le temps nous le dira.

La situation à Ferguson est effrayante. Il est facile de comprendre pourquoi certains, en particulier ceux qui vivent près de l’activité, veulent un retour à la normale : des balles, des gaz lacrymogènes, des canons sonores, des points de contrôle, du feu. Mais malgré tout cela, il y a un nombre important d’entre nous qui ne veulent pas d’un retour à la normale. Nous descendons le jour et la nuit sur West Florissant pour comprendre comment éviter ça. Pour nous, la lutte ne se limite pas à la justice pour Mike Brown et la condamnation d’un seul flic pour assassinat devant les tribunaux. Nous le faisons pour nous-mêmes, nos amis et famille, ainsi que pour Mike Brown. Nous avons déjà constaté ce système coupable - le racisme, la structure de classe, le gouvernement, la police. Lorsque la « paix » à laquelle vous êtes constamment invité à revenir ressemble à l’impuissance, l’humiliation, la pauvreté, l’ennui, et la violence, ça ne devrait pas être une surprise que beaucoup de personnes choisissent de se battre. Et pour être témoin de la férocité avec laquelle certains d’entre nous se battent, c’est presque comme si nous avions attendu ce moment nos vies entières. Il y a deux jours les gens se sont précipités au poste de commandement de la police forçant les autorités à faire appel à la garde nationale. Auparavant, cela aurait été impensable, mais il y a alors encore deux semaines seulement tout cela aurait été inimaginable.

Et alors nous trinquons un verre de gin pillé – un TOAST ! Que chacun puisse continuer à nous surprendre.

19 Août 2014

[Traduit de l’anglais de Anti-State STL par LeChatNoirEmeutier.]


19/08/2014

Ferguson, USA : Guerre à l’Etat policier et actions de solidarité avec les émeutiers (14 au 18 août 2014)

- 19 août 2014 :

Dans un premier temps, les flics via les médias avaient annoncé 31 arrestations la veille. Mais nbcnews a annoncé plus tard dans la journée que 78 personnes avaient été arrêtées au petit matin pour refus de dispersion principalement.

Dans l’après-midi, on apprend qu’à Saint-Louis dans le secteur de Sixth Ward (à quelques kilomètre de Ferguson) un jeune noir de 23 ans a été exécuté par les flics suite à une tentative de braquage au couteau dans une épicerie : comme à chaque fois, les porcs ont dégainé leurs armes sur une personne qui voulait bouffer et boire (accusé d’avoir volé des gâteaux et des boissons énergisantes). Un rassemblement s’est immédiatement formé sur le lieu du meurtre (une vidéo est visible ici). 150 personnes se sont de nouveau retrouvées en scandant le slogan « mains en l’air, ne tirez pas » en début de soirée au milieu d’escadrons de police déployés en masse.

Concernant la situation à Ferguson, la foule s’est rassemblée plus tôt et a été moins nombreuse mais la police faisait toujours tourner un hélico au-dessus de la ville. Même si ça n’a pas été une soirée cocktails ni de tirs d’armes à feu, la fin de manif n’a pas été si apaisée que ce que les croyants voulaient montrer en terminant la déambulation à genoux et par une prière vers minuit. Suite à la dispersion annoncée par les organisateurs et d’un homme de loi (l’avocat Jerryl T. Christmas), d’autres manifestant-es n’ont pas obéit à leurs ordres : des flics ont été attaqués avec des bouteilles et des sachets d’urine par « quelques agitateurs criminels » (selon les termes du chef de police highway patrol Ron Johnson), qui ont répliqué par des lacrymo. Johnson a d’ailleurs ajouté que vers 20h30, un automobiliste est passé devant le poste de commandement de police en menaçant les keufs avec des armes de poing, avant d’être arrêté.

Malgré cette soirée plutôt pacifiée, il y a eu un grand nombre d’arrestations (47 personnes entre les mains de l’Etat). On se souvient que la nuit du 14 au 15 août avait été calme avant que la rage émeutière ne s’exprime de nouveau dans les rues de Ferguson.

- 18 août 2014 :

La garde nationale remplace le couvre-feu.


départ de feu devant un restaurant

Les flics ont beau faire des appels aux manifestants pacifistes afin qu’ils déambulent la journée (ce qui signifierait faciliter la répression de l’Etat), tenter de marginaliser les révoltés du reste des cortèges, bénéficier de ces officines citoyennes et garantes de la paix sociale… le feu de la rébellion s’attise à Ferguson. Cette nuit du 18 août, la paix violente a été rompue par des pluies de cocktails molotov et de projectiles improvisés en direction des agents de la répression. Après avoir donné l’ordre de dispersion sur les coups de 23h, les flics ont bombardé la foule de lacrymo et de grenades assourdissantes à proximité d’un magasin QuickTrip pillé et incendié. Un groupe de citoyens a tenté de s’interposer entre les émeutiers et les rangées de casqués surarmés. Durant cette nuit-là, deux bâtiments ont flambé, dont celui d’une entreprise (inconnue car les médias us suivent les directives de la police locale, qui a demandé à la presse de ne plus relayer les attaques de ces dernières nuits ; le montant des dégâts s’avère élevé mais dissimulé depuis le début de ces émeutes, en comptant les destructions de mobilier urbain, les pillages et incendies de magasins, de restaurants…). La justice américaine compte dès ce mercredi 20 août convoquer des manifestants à témoigner (et donc chercher d’éventuelles balances) devant le grand jury. A 2h du matin ce mardi, 31 personnes ont été arrêtées, deux personnes gravement blessés par balles.







- 17 août 2014 :

Dans la soirée, les manifestant-es n’ont pas attendu le couvre-feu de minuit pour s’affronter aux forces policières. Des pierres, bouteilles et cocktails molotov ont été balancés sur les flics, rompant la paix voulue et imposée par une partie du cortège qui défilent les mains en l’air en criant « ne tirez pas » devant les troupes d’uniformes surarmées. Les flics disent avoir été visés par des armes à feu. Du mobilier urbain a été détruit, des barricades montées à travers les rues, tandis que des employés et clients d’un macdonalds ont du se réfugier dans une salle du restaurant suite à des attaques destructrices venant de l’extérieur. Un peu plutôt dans la soirée, les barrages de flics ont également été canardés de divers projectiles alors qu’environ 400 personnes ont tenté « d’attaquer » le poste de commandement de police. Suite à cette nouvelle nuit enragée, les autorités du missouri ont annoncé ce lundi 18/08 faire appel à la garde nationale pour tenter de mater la révolte. Au moins 4 personnes ont été arrêtées, plusieurs blessées suite aux affrontements.





- 16 Août 2014 :

Des groupes de citoyens du quartier se sont activés pour nettoyer toutes traces de révolte et de pillages de la veille, aidant à nettoyer les commerces de ceux qui les volent au quotidien. Le gouverneur de Missouri Nixon a décrété d’urgence un couvre-feu de minuit à cinq heures du matin à Ferguson par crainte de pillages et d’affrontements. Plus de 200 personnes ont bravé l’interdiction de manifester. De nombreux flics étaient stationnés devant les commerces et entreprises de la ville (en plus de milices de commerçants armées), ce qui a dissuadé la foule d’avoir recours au libre-service. Mais la conflictualité s’est exprimée de façon déterminée par des jets de pierres et de bouteilles sur les forces de l’ordre immédiatement après la dispersion policière. En plus des flics, les insurgés ont du faire face aux associations diverses de la pacification sociale (religieux et fascistes de tous bords, dont le nouveau parti des blacks panthers [4] et leur ancien chef, Malik Shabazz, aux côtés de Nation of Islam) appelant à la dispersion et de maintenir l’ordre aux côtés de la police.

La soirée s’est terminée par 7 arrestations, une personne gravement blessée par balles et transportée à l’hôpital, et une patrouille de police prise pour cible par des tirs.


Les citoyens à l’oeuvre du nettoyage


une milice du capital parmi d’autres



Agenouilles-toi devant le pouvoir


le flic meurtrier s’appelle darren wilson

- 15 août 2014 :

Après l’ambiance plus pacifiée de la veille et la nomination d’un flic noir par les autorités du Missouri censé ramener la paix dans le secteur, la manif de vendredi soir (15/08/2014) a donné un tout autre visage. Des attaques contre des entreprises et des commerces ont ponctué la nuit, avec des vitrines en morceaux, de magasins dépouillés et saccagés. Des petits groupes ont pillé plusieurs magasins (au moins trois selon la presse), non sans l’intervention citoyenniste d’une partie des manifestant-es, qui se sont placé-e-s en défenseur du capital en formant une chaîne autour d’un magasin pour empêcher l’expropriation collective (un des premiers pillé a d’ailleurs été celui qui a immédiatement appelé la police pour Mike Brown, suspecté d’avoir volé une boîte de cigares estimée à près de 48 dollars : les médias ont fait tourner les images de vidéosurveillance en boucle sur toutes les chaînes de télé. Des affrontements avec les flics ont suivi les pillages avec des pierres, bouteilles et cocktails molotov.





Repris de la presse US, 16/17/18 août 2014

***

Des actions de solidarité avec la révolte de Ferguson se sont tenues un peu partout aux Etats-Unis.

Bloomington : véhicules de police et de sécurité privée attaqués

La nuit dernière (20 au 21 août 2014, NdT), nous avons attaqué des voitures de police et des véhicules de sécurité privée. Six véhicules du poste du shérif adjoint ont eu leurs pneus crevés, leur aspect extérieur peint à la bombe de peinture, et leurs fenêtres couvertes de solution de gravure sur verre. Trois véhicules de police stationnés au poste de police de Bloomington et quatre véhicules de sécurité privée dispersés ont eu leurs pneus crevés.

Il ne fait aucun doute : la police est l’ennemi absolu. Partout, leur rôle est de défendre l’ordre social basé sur la misère et l’exploitation. Comme ceux qui sont exploités, et que ceux qui refusent d’accepter cette misère, nous n’avons qu’une seule option : attaquer la police en tout temps et de toutes les manières possibles. Il est facile. Aucune grande compétence technique ou méthode complexe ne sont nécessaires. Il suffit d’un peu de courage et de volonté de vivre.

Comme nous sommes assis et regardons la rébellion à Ferguson, il est facile de devenir pacifié par le spectacle médiatique. La distance - géographique et culturelle - peut nous amener à nous retirer à travers des rituels fatigués ou d’inactivité. La nuit dernière, nous avons choisi de rompre la paix sociale, comme un geste de solidarité envers les combattants de Ferguson, et comme une tentative de récupérer nos propres vies de l’Etat et de ses chiens.

Solidarité avec la révolte de Ferguson !
Force totale contre les flics !

Traduit d’anarchistnews, 21/08/2014

***

Action de solidarité à Tucson :

Des anarchistes ont suspendu deux banderoles sur un viaduc à Tucson, disant « de Tucson dans le Missouri : nique la police » et une autre en espagnol qui veut dire « Oui, nous pouvons vivre sans police ». Ils envoient leur solidarité avec les émeutiers de Ferguson.
Ils finissent le communiqué par « Ni prisons, ni frontières ni flics – Oui aux émeutes »


Le communiqué en entier ici

***

Chapel Hill, USA : Les assassins en uniforme perdent trois véhicules en solidarité – 14 août 2014

Dans les premières heures du 14 août, trois véhicules de police de type ‘Cruizer’ ont été défoncés au commissariat central de police à Chapel Hill, en Caroline du nord. Un message a aussi été peint sur une des voitures, disant « Pour Luke ».

Ceci a été fait comme petit geste de solidarité avec Luke O’Donovan [5] d’Atlanta (Géorgie), qui a été condamné à deux ans de prison pour s’être défendu face à cinq agresseurs homophobes. Nous espérons que ceci lui apporte un sourire au visage.

Nous avons aussi effectué cet acte en solidarité avec les émeutiers et les pillards de Ferguson qui, face à la brutalité continue de la police raciste, ont inspiré le monde avec leur résistance courageuse contre les forces étatiques, le capital et la suprématie blanche.

A la fois en petits groupes et en quartiers entiers, c’est possible de résister.

Quelques anarchistes.

Traduit de l’anglais de anarchistnews.

***

Affiche vue dans les rues d’Athènes, plus précisément dans le quartier d’Exarchia :


[Repris du LeChatNoirEmeutier.]


14/08/2014

Missouri, USA : Solidarité avec les émeutiers de Ferguson – 11, 12 et 14 août 2014

Dans l’après-midi du samedi 9 août 2014, un adolescent noir de 18 ans, Mike Brown dit « Mike Mike », a été assassiné par un flic du service de police de la ville de Ferguson, située à 12 miles environ au nord-ouest de la ville de S-Louis (Missouri, centre des Etats-Unis). Il a été abattu de plusieurs balles (6 dans le dos et 2 dans la tête) [6]. Des centaines de résidents se sont immédiatement rassemblés autour du lieu de l’assassinat, débordant sur la rue principale, W. Florissant, et en la bloquant partiellement. Des gens et proches en pleurs se sont rendus sur le lieu du meurtre et ont été accueillies avec des fusils d’assaut et des chiens policiers, tandis que la police fermaient l’accès à la ville en bloquant la rue principale (Florissant). La nuit suivante, le dimanche 10 août, une autre veillée aux chandelles a été appelée par la famille de Mike et des multiples garants de la paix sociale (paroisses diverses et associations, dont la NAACP [7]). Cet événement, qui a réuni plus d’un millier de personnes, a pris rapidement et naturellement une toute autre tournure. Les larmes de tristesse se sont transformées en actes de rage. Un résumé de récits d’anarchistes ayant participé à cette nuit de révolte :

Les manifestant-es se sont rassemblé-es dimanche soir dans une atmosphère pacifique et de peur, où des personnes ont défilé dans les rues et devant la police avec les mains en l’air (en référence avec l’attitude que Mike Brown a eu face aux flics). Mais peu de gens étaient calmes, et très rapidement des centaines de personnes ont convergé massivement en allant en direction des lignes de flics aux cris « assassins », « nique la police » (le nombre de participant-es oscillant entre 600 et 1000)… Quelques objets pleuvent sur les flics, des véhicules de police passent à travers la foule tout doucement mais la quatrième voiture est bloquée par des manifestant-e-s, qui montent sur le capot, donnent des coups de pieds sur la carrosserie : des vitres sont pétées, et des manifestant-es ouvrent de force une portière mais la voiture part brusquement avant que les flics à l’intérieur puissent y être extraits. Beaucoup de monde renonce à avoir peur.

Suite à ce réveil de la foule, la police bloque aux manifestant-es les accès sud et nord de la ville de Ferguson. Il se trouve que depuis l’avenue Ferguson, axe pris par la manifestation, de nombreuses petites rues vers l’est mènent à des entreprises, des magasins… La police, trop craintive de ce qu’il pouvait se passer et en infériorité numérique pour investir une zone résidentielle bouillonnante de colère, n’étaient pas en mesure de bloquer ces rues. Les gens, entendant parler de ce qui se passait, sont sortis dans le quartier commerciale à pied, en voitures et en motos tout au long de la nuit. Pour une fois, la géographie de cette foutue banlieue était de notre côté. Apparemment, un nombre incalculable de gens en colère ont pu rejoindre les émeutes en entrant par la protection d’un quartier résidentiel uni contre la police (qui elle ne pouvait pas entrer).

J’ai continué à essayer d’encourager les gens à se couvrir le visage. Je dirais que pour dix personnes auxquelles je me suis adressé, neuf m’ont dit qu’elles en avaient rien à cirer et étaient fiers, mais beaucoup de gens se sont masqués. Certains commentaires ont été faits sur le fait que nous ressemblions à un groupe de ninjas. [...]

n passant à côté d’une camionnette des médias garée à côté de la route, j’ai entendu un homme dire derrière moi « Mec, j’aime pas ces putains de médias ». Et ensuite lui et ses amis ont couru et ont commencé à faire basculer le van. Plus tard, un autre van de la presse mainstream avait eu sa fenêtre brisée pendant la nuit.

À un certain moment, quelqu’un a tiré quelques coups de feu de célébration en l’air. Plus tard les gens ont tiré sur l’hélicoptère de la police circulant au-dessus de nos têtes. [...]

Une grande enseigne qui affichait les prix du gaz a été déchiré et tagué. D’autres graffitis que j’ai vu dans la rue : « Vengeons Mike Mike », « Nique la Police » « Tuons les flics » « Le seul bon flic est un flic mort », « les balances ont des points de suture » « oeil pour oeil rendons nos maîtres aveugles, » et « Mike Brown, c’est pour toi. »

L’énergie dans les rues était à la fois enragée et festive. Les gens partaient du centre commercial avec les bras chargés de cigarettes, de bières, de nourriture et transmettaient tout ça à leurs amis. Les gens ouvraient des bières et buvaient avec des amis dans une atmosphère chargée en cannabis, au milieu de la musique, des voitures qui crissaient leurs pneus….

Des gens ont arraché un distributeur automatique de billets de la zone commerciale, l’ont fracassé avec un marteau et obtenu l’argent à l’intérieur et d’autres personnes sont repartis avec. Les billets de la loterie ont été jetés en l’air en chantant « Faites en pleuvoir ! »


Le DAB en question….

Le marchand de viande « Sam »et le magasin de vins et spiritueux sont les autres endroits, d’après ce que tout le monde dit, à avoir appelé la police contre « Mike Mike ». Des dizaines de gamins de douze ans ont commencé le pillage de ces commerces. Les gens ont couru et fait des va-et-vient à travers les portes défoncées et débloquées des commerces durant des heures. Les gens ont sorti des couches pour bébés, de la nourriture, et pleins d’autres trucs dont nous avons tou-te-s besoin pour survivre- pour ne pas mentionner l’alcool, les cigarillos et d’autres choses pour se faire plaisir et faire la fête. Une petite fille de dix ans qui passait par là et portant un grand sac plein de nourriture a dit : « on va bien manger à l’école demain ». L’enseigne de Sams a été tagué avec un « Nique les balances ».

De nombreux policiers se pressaient sur le côté sud de la rue probablement pour essayer de garder les gens dans les chaînes de gros magasins (notamment dans le centre commercial Northland), mais en vain. En coupant à travers les quartiers résidentiels, les petits groupes de personnes ont cassé les fenêtres des magasins Walmart et Foot Locker, puis ont pris ce qu’ils voulaient. Marcher à travers les quartiers, les gens couraient dans la rue avec des piles de chaussures ; des boîtes à chaussures vides jonchaient les rues.

Les gens n’arrêtaient pas les émeutes et les pillages pendant une longue période. Il a même étendu à des endroits pas directement dans la zone, y compris les magasins d’accessoires de beauté, magasins d’accessoires automobiles et au moins une banque. [...] Tout ce que nous avions à faire était de prendre ce que nous voulions. [...]


Après le pillage, l’incendie….


Malgré l’intervention rapide des pompiers

Les une après les autres, les bennes à ordures derrière les entreprises brisées ont été incendiées. A un moment, j’ai pu voir cinq de ces incendies et la fumée qui s’en échappaient de loin. Plus tard, le commerce QT a été incendié et totalement détruit, et une énorme fumée s’échappait dans l’air et il était difficile de respirer. Finalement, vu que la présence policière augmentait et que des porcs provenant d’autres municipalités arrivaient, les lignes de flics anti-émeutes ont commencé à déplacer lentement leurs lignes vers l’avant, malgré le fait d’être la cible de jets de pierres et de bouteilles, au milieu de cris de rage des gens dans les rues.

Tout au long de la soirée, la destruction qui a lieu dans le quartier commerçant est contrastée par un calme étonnant dans les zones résidentielles. Les gens se sont déplacées vers les zones commerciales… Les gens n’étaient pas dans leur putain de quartier, ils ont attaqué les entreprises qui pratiquent la délation à leur encontre, les emploient dans des tâches sans intérêts, s’accaparent les ressources dont ils ont besoin pour vivre et profiter de la vie.

De même, la destruction infligée à ces entreprises a été réalisée en l’absence totale de violence entre les manifestant-es. Les tensions entre les gens sont restés verbales, avec parfois des mots dures échangés, mais l’absence de violence entre les gens contredit les mythes de « manifestants violents »….

C’est là que notre histoire se termine, mais cela ne nous fait pas dire que c’est la fin. Les habitant-es de Ferguson ont été debout toute la nuit : en fêtant, se vengeant contre les flics et le monde dans lequel ils ont été exclus, obtenant la merde dont ils ont besoin pour survivre, détruisant la merde des gens riches pour le plaisir, se racontant des histoires …


le gérant du magasin d’accessoires automobiles compte ses pertes (vitres pétées et marchandise expropriée)


la visite dans le resto rapide ‘Taco Bell’ a laissé des traces…

Il y aurait eu lors de cette soirée d’émeutes entre 30 et 40 interpellations. Il y aurait plus d’une vingtaine d’entreprises et commerces prises pour cibles (vitres pétées, pillages et incendies all inclusive), voitures dégradées et deux keufs blessés.

Tôt lundi 11 août, un poste de police de Philadelphie a été tagué en solidarité avec les émeutiers de Ferguson et toutes les personnes qui ne se résignent pas face à la terreur capitaliste et étatique.

Rien que cet été, plusieurs personnes ont perdu la vie suite à une intervention policière. Comme ce jeune qui n’avait pas la thune pour se déplacer dans Seattle et qui a eu le malheur de croiser ces brutes en uniforme.

Dans la soirée de lundi 11 août au sud de Los Angeles, soit deux jours après l’assassinat de Mike Brown, un homme de 24 ans a été tué par les flics. Après que la police se soit rendue à l’intersection West 65th Street et South Broadway où a eu lieu un peu plus tôt une fusillade, elle a arrêté par balles la vie d’Ezell Ford. Il est mort de ses blessures à l’hôpital. La routine médiatique et raciste consiste à savoir « si ce jeune noir faisait partie d’un gang » tout en vomissant leurs ignominies (comme quoi il était « mentalement attardé »). Ce que l’on sait surtout, c’est que les porcs ont refusé de dire où avait été hospitalisé Ezell. D’après la mère, Ezell était couché au sol quand les agents de police lui ont tiré trois balles dans le corps.

***

Lundi 11 août 2014
, les manifs se sont poursuivies dans le secteur. Des centaines de personnes se sont rassemblées à proximité du magasin d’alimentation générale de la chaîne QuickTrip, pillé et incendié la veille. Les flics étaient davantage déployés dans les environs et ont tiré des des coups de flashball et de grenades lacrymo après avoir entendu des coups de feu émanant de la foule. Malgré les appels au calme de la famille de Mike Brown et à la condamnations des événements de la veille par des ennemis de classe du NAACP** et d’autres associations (qui font parler le mort afin d’imposer une paix criminelle, en affirmant que « Mike n’aurait jamais souhaité des émeutes et des pillages… »), une partie des contestataires ont attaqué les flics à coups de pierres et de bouteilles. Les affrontements ont débuté lorsque la police a lancé des appels à la dispersion au mégaphone. Selon les portes-parole de la police, 12 à 15 arrestations ont eu lieu.

Alors que dans un premier temps la police de la ville avait déclaré faire la transparence en public en annonçant publiquement l’identité du flic, ce mardi après-midi (12/08/2014), elle vient de faire machine arrière en affirmant à travers les médias que l’agent en question était l’objet depuis quelques jours de menaces de mort sur les réseaux sociaux (comme si c’était une surprise), et donc que son nom ne sera pas publié.

Mercredi 13 août 2014. Les manifestants-es ne se sont pas laissés terroriser par le déploiement incalculable de flics en tous genres, plaçant la ville de Ferguson en état de siège. Des robocops surarmés dans et devant leurs camions blindés sillonnaient la ville, pointant les protestataires avec leurs fusils, procédant à de nombreuses fouilles juste après le meurtre de Mike Brown. Le chef de police avait prié les organisateurs des manifs d’appeler à la dispersion avant la nuit tombée par crainte d’émeutes… Mais en vain. La rage a pris le dessus de tous ces divers appels au calme, qu’ils viennent de la part des religieux ou des travailleurs sociaux. Lors de cette nuit du 13 au 14/08, la cible principale était la police (contrairement à la première nuit où les attaques visaient principalement les commerces et grandes surfaces, banques, etc…) : des pierres, bouteilles et cocktails molotov ont été balancés sur les lignes de police suite à la tentative des autorités de disperser les manifestant-es par des tirs de grenades lacrymo, bombes fumigènes et tirs de balles en caoutchouc. (une vidéo de la bataille urbaine est visible ici). D’après le chef de police du comté, Jon Belmar, il y aurait eu une vingtaine de véhicules de police vandalisés. Les médias ont rapporté une dizaine d’interpellations. Plus tard, des dizaines de manifestant-es se sont rassemblé-e-s devant le commissariat pour exiger la libération des personnes arrêtées. Une centaine de flics protégeait le bâtiment.




Sources :

Anarchistnews
+ la presse mainstream

Aux Etats-Unis, les dernières grosses révoltes ont eu lieu l’été dernier en réaction à l’acquittement du vigile privée, G. Zimmerman, qui avait tué un an auparavant un jeune noir. (voir ici)

Voir aussi la rage qui s’est exprimée dans les rues (malgré la volonté affichée des organisateurs de jouer les pompiers de la révolte) suite à l’assassinat d’un jeune noir par la police à Brooklyn (NYC) en mars 2013.

[Repris du ChatNoirEmeutier.]


[1Imitation de l’ancien parti mais avec des théories racialistes, antisémites, patriarcales, homophobes… Religieux qui tentent de dissuader, d’empêcher (parfois physiquement) tout acte radical contre l’ordre existant. NdT

[2Ces deux chefs auto-proclamés des droits civiques, respectivement politicien et haut-placé de l’église protestante depuis toujours. NdT

[3Deux rappeurs commerciaux (tous deux sont sous contrat chez universal), qui se sont récemment pointés au sein des cortèges à Ferguson en tant qu’agents de la pacification, comprendre par là un comportement de « grands frères » mais blindés de thunes… NdT

[4Ce nouveau parti qui se veut héritier du parti des Black Panthers, n’est qu’une récupération fasciste de ce qu’était anciennement ce parti (qui certes se réclamait d’un communisme autoritaire, mais qui n’a jamais perdu de vue la lutte des classes). Antisémite, raciste, homophobe, ce « nouveau pati des blacks panthers » a été fondé en 1989 à Dallas. Proche de « Nation of Islam » et de Louis Farrakhan (un fasciste afro-caribéen en lien étroit avec le KKK), c’est un modèle pour les Kemi Seba et autres racistes en France. Les membres fondateurs des Blacks Panthers, Newton et Bobby Seale, ont toujours critiqué cette récupération raciste. Bref, que les fascistes soit les chiens de garde de l’oppression et de la domination, comme l’est la police, n’est pas un fait nouveau. NdT

[5Tôt le 1er janvier 2013, Luke a été agressé par un groupe d’individus par rapport à ses orientations sexuelles. Lors de cette agression homophobe, il a riposté à coups de couteaux et blessé 5 d’entre eux. Récemment condamné à 2 ans de prison ferme et 8 ans de mise à l’épreuve, il sera d’abord incarcéré à la prison du comté de Fulton à Atlanta, puis dans d’autres prisons de Géorgie. Toutes les infos du comité de soutien à Luke sont à voir ici

[6Mike était avec une autre personne, Dorian Johnson, quand il a croisé la police ; il en fait un rapide compte-rendu : le porc, qui était dans son véhicule, leur a sommé de marcher sur le trottoir et non pas sur la route… Les deux copains ont continué leur chemin et l’agent de l’ordre s’est excité, a failli les écraser avec son véhicule sérigraphié police. Mike s’est fait choper par le flic au niveau du coup qui tentait de le mettre dans la voiture. L’officier a alors sorti son arme et a dit : « Je vais te tirer dessus », ou « Je vais tirer », a dit Johnson. Lorsque l’agent a ouvert le feu, Mike Brown a été touché, a déclaré Johnson qui s’est caché derrière une voiture. Mike continua de courir, tout en étant pourchassé par l’officier qui lui a de nouveau tiré dessus. Lorsque Brown a senti le coup de feu, il s’est retourné, a mis ses mains en l’air et a commencé à s’aplatir sur le sol. L’agent tirait toujours, a témoigné Dorian Johnson.

Comme dit plus haut dans le texte, une autre version est aussi sorti : la direction du magasin de la chaîne QuickTrip a appelé la police pour arrêter Mike, le soupçonnant de vol. Lors de cette nuit de révolte, ce même restaurant a fait les frais de cette délation en étant pillé puis incendié par les émeutiers.

[7Le NAACP, « association nationale pour la promotion des gens de couleur » en français, a été créée au début du XXè sc. par des notables afro-américains. Cette association se place aux côtés des familles des victimes lors des procès afin de réclamer justice, avec cette illusion répandue au sein des manifs qu’il faudrait faire confiance à cette société esclavagiste qui tue et affame les pauvres et indésirables (noir-es qui plus est).